pour ce Lens qui n’a peur de rien, voilà « trois monstres » sur le chemin

C’était le 9 juillet 2020. En milieu de journée, le calendrier de L1 était dévoilé. Presque instantanément, une évidence sautait alors aux yeux des suiveurs du Racing. « Lens a intérêt à être sauvé avant le mois de mai, vu le programme… » Telle était l’idée générale qui collait logiquement à la peau d’un promu effectuant son retour dans l’élite après cinq ans d’absence.

Le premier jour du mois de mai approche désormais sérieusement. Ce sera samedi, au Parc des Princes, où Lens, cet improbable candidat à l’Europe, viendra fièrement défier le PSG. Un Racing qui n’a perdu que huit fois en L1 cette saison, autant que… le mastodonte parisien.

Le programme de ces quatre dernières journées n’a pas changé (Paris, Lille, Bordeaux, Monaco). Mais il n’aura pas l’odeur de la peur imaginée. Plutôt celui d’un espoir fou : offrir au club la quinzième qualification européenne de son histoire. Quatorze ans après sa dernière.

« Aborder cette ligne droite dans cette position, c’est un confort incroyable, savoure Yannick Cahuzac. Quand je suis arrivé au club en 2019, c’était pour ramener Lens en L1. Ce qui nous arrive n’était pas programmé. Mais le mérite nous revient. Les jeunes du groupe sont fantastiques. L’ambiance est magique. »

Il y a un mois, Florian Sotoca rêvait déjà les yeux ouverts : « Cette coupe d’Europe, si elle vient, on ne va pas la refuser. À 30 ans, vu mon parcours, tout ce qui m’arrive est déjà assez irrationnel. Jouer l’Europe, ça serait magnifique pour moi, pour l’équipe et pour notre incroyable public. »

« Sans pression »

Capables de surmonter une pluie d’absents et une expulsion précoce pour récupérer leur cinquième place, dimanche, face à Nîmes (2-1), les Lensois savent pourtant que ce sont les combats les plus rudes qui les attendent désormais.

Évidemment, le rendez-vous face au LOSC accapare particulièrement les esprits des supporters artésiens. Les banderoles placées à Bollaert-Delelis dimanche fixaient déjà l’importance du derby du 7 mai. « Faites de vous des héros, éclatez-les », lâchait le Kop Sang et Or 1993.

Mais le staff lensois veut attaquer les sommets un à un. « C’est le PSG d’abord, répond Franck Haise. On va déjà essayer de faire au mieux au Parc. »

Pour aller au bout de leur formidable odyssée, les Sang et Or – qui ont déjà battu Paris (1-0), Monaco (3-0), Marseille (1-0), Rennes (2-0) ou Montpellier (2-1) cette saison – devront encore hisser leur niveau.

« On va notamment jouer contre trois équipes qui se battent pour le titre, reprend l’entraîneur. Ce sont trois monstres du foot français. On essaiera de faire ce qu’on réalise depuis dix mois. On va les affronter sans pression. » Mais armés des plus féroces intentions.

Le programme :

PSG – RC Lens le 1er mai à 17 heures

RC Lens – LOSC le 7 mai à 21 heures

Bordeaux – RC Lens le 16 mai à 21 heures

RC Lens – Monaco le 23 mai à 21 heures

Lire l'intégralité de l'article sur

2 commentaires

  1. Illustration du profil de maryse

    Si LENS 7EME AVANT LA RENCONTRE BORDEAUX/ Si MONACO LIBRE DE PERDRE AVEC 7 pts d’avance sur LYON et 4 points de retard sur PSG donc LENS peut profiter de la démobilisation de MONACO , prendre 3 points et finir 6EME/ CE SERAIT UN BEAU CADEAU POUR LENS
    après espérons 3 équipes françaises en CHAMPION LIGUE et 3 aures dont Lens en Europa ligue/;;;;;;
    Il faut y CROIRE,

  2. Illustration du profil de oliver

    peur de rien , le titre est trompeur tant que les 3 gros ne sont pas passé , pour moi on est juste les meilleurs du peloton .

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close