« L’Arabie Saoudite est un pays de football », témoigne Adil Hermach

Seko Fofana n’est pas le premier capitaine du RC Lens à être sur le point d’être transféré dans un club saoudien. En juin 2011, Adil Hermach avait été recruté, pour 1,7 M € par Al-Hilal, l’un des grands clubs du royaume (avec Al-Nassr, Al-Ahli et Al-Ittihad Djeddah voire Al-Shabab), où il a joué deux saisons et demie. Le milieu de terrain international marocain restait sur une saison solide de Ligue 1 malgré la relégation du Racing où il avait signé son premier contrat pro en 2004.

« J’ai fait partie des premiers de la nouvelle génération, quand ils ont commencé à recruter des joueurs plus jeunes, raconte celui qui est désormais entraîneur de la réserve de Nîmes, sa ville natale. Se positionner en un mercato parmi les championnats attractifs, comme ils le font aujourd’hui, c’est incroyable. Vous imaginez une équipe avec Brozovic, Cristiano Ronaldo, Seko Fofana  ? Aujourd’hui, ça s’est inversé, c’est « est-ce que je peux être démarché par un club saoudien » ? Les projets qui sont mis en place commencent à être vendeurs. »

« Lens x tout un pays »

Adil Hermach l’avoue, hormis l’intérêt financier, important en 2011, hors norme aujourd’hui, il ne savait pas « où il mettait les pieds ». Attendu dès son arrivée à l’aéroport alors qu’il n’était pas une star, la ferveur lui a sauté aux yeux « Je n’ai jamais été autant reconnu sur les Champs-Élysées ou à l’étranger que quand je jouais là-bas. En Europe, on n’est pas au courant, mais c’est un pays de football. Tu ouvres ta fenêtre, les petits jouent au foot. À Al-Hilal, le grand stade doit faire 60 000 places, il est souvent plein. Les femmes qui, à mon époque, étaient interdites de stade, sont devenues les premières fans des clubs. En fait tout tourne autour du foot, c’est Lens x tout un pays. Et il y a dix ans, les installations d’Al Hilal c’était déjà du jamais vu. Les terrains, les pelouses sont extraordinaires, la qualité de vie, je n’en parle même pas, l’insécurité n’existe pas. Et les Saoudiens sont très compétents en foot,et très bien entourés, avec des gens qui ciblent les prospects. S’ils vont chercher Seko Fofana, c’est qu’ils le connaissent. »

Lire l'intégralité de l'article sur
Réagissez à l'article

7 commentaires

  1. #103468 pat.60 221 -

    Belle république islamique où on décapite à tout va et où les droits de l’homme et surtout de la femme ne sont pas respectés mais si c’est une terre de foot alors là tout va bien ! Vivement la fin des énergies fossiles !

  2. #103456 NicoLens 239 -

    Avec de l’argent (sale) c’est facile de recruter des bons joueurs, surtout s’ils sont en fin de carrière.

  3. #103449 NicoLens 239 -

    Un drôle de pays… Il doit y avoir de la corruption à gogo là-bas.

  4. #103439 fidel 47 -

    Oui bizarre cette affaire!!!

  5. #103432 BigJac 125 -

    L’Arabie est un pays de football qu’il dit, avec plein de pognon et des oursins dans les poches quand il faut payer les transferts.

    1. #103433 darkk 184 -

      Oui très bizarre leur façon de faire, de demander à payer en plusieurs fois,alors qu’il donne des salaires mirobolant, de plus il y a un paquet d intermédiaire à rincer.

    2. #103447 chmtrls 95 -

      Molina en parlait, apparement c’est connu dans le milieu, ça paie très mal.
      Ca paie bien les top joueurs et les intermédiaires douteux, mais pas les indemnités. D’ailleurs la plupart du temps ils cherchent des prêts apparement.

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close