« Une très triste image de notre discipline » pour Sarah Mbarek, coach de Lens

– Avez-vous été étonnée des déclarations d’Amandine Henry ?

« J’ai été étonnée que ce malaise arrive jusqu’au Canal Football Club, oui. Mais je n’ai évidemment pas été étonnée de ce qu’elle a dit. Pour avoir régulièrement des joueuses au téléphone, je ne peux pas être étonnée. Je n’aime pas entrer dans les détails de ce qui se passe dans un groupe, ce n’est pas mon genre. Mais quand j’étais coach de Guingamp, j’avais des joueuses sélectionnées. Quand elles rentraient de sélection, elles évoquaient entre elles ce qu’il s’y passait. Elles expliquaient que c’était très compliqué dans la communication, que Corinne Diacre était très fermée. Elles disaient que c’était compliqué avec celles qui ne jouaient pas, celles qui jouaient peu ou celles qui ne jouaient pas à leur poste. On les laissait là, sans explication. Ce n’est pas possible. »

– C’est-à-dire ?

« Les filles savent très bien que ça ne peut pas fonctionner en l’état actuel. Elles jouent dans des grands clubs et savent qu’il faut une âme, dans une équipe, pour que ça marche. S’il n’y a pas une super ambiance, on ne peut pas aller chercher un objectif. C’est très difficile d’avoir des résultats dans ces circonstances-là. Surtout avec des filles qui ont besoin qu’on les écoute, qui ont besoin de dialogue. Même si, à la fin, le patron reste l’entraîneur et c’est lui qui prend ses propres décisions, il faut que les filles se sentent intégrées dans un projet commun. »

« Joueuse, Corinne Diacre prenait parfois les gens de haut… »

– Corinne Diacre a été votre partenaire en sélection. Était-elle déjà aussi fermée en tant que joueuse ?

« C’était un leader du terrain, une grande joueuse. J’étais d’ailleurs en concurrence avec elle puisqu’elle évoluait indifféremment en défense centrale et au milieu. Elle était meilleure que moi, je l’avais accepté sans problème. À l’extérieur, en revanche, c’était déjà une personne un peu fermée. C’était moins flagrant qu’aujourd’hui. Elle prenait parfois les gens un peu de haut quand même. Elle faisait des différences entre les uns et les autres. En tout cas, je le ressentais un peu comme ça quand j’étais joueuse. »

– Pourquoi ça ne marche pas, aujourd’hui, avec les Bleues ?

« Elle veut être dans le total contrôle. Et c’est ce qui lui porte préjudice. Elle ne délègue rien du tout. Quand Éric Blahic est arrivé en tant qu’adjoint, en début d’année, je me suis dit que c’était une très bonne chose. Je me suis dit que Corinne allait s’occuper du terrain et qu’Éric pourrait faire le lien avec les joueuses et désamorcer les petits problèmes qu’il pourrait y avoir. Ça devait être un bon binôme. Soit il n’a pas eu le temps de mettre les choses en place, soit elle ne lui a pas laissé la place. J’opterais pour la seconde option… C’est ce que me disent les joueuses. Corinne Diacre a déjà viré des kinés parce qu’ils parlaient aux filles. Elle leur interdisait de parler avec elles… »

« Être sélectionneuse est un objectif de vie, je ne me cache pas »

– Les joueuses donnent aussi l’impression de fuir leurs propres responsabilités dans ce gâchis bleu depuis dix ans…

« Cela peut paraître facile à dire de l’extérieur mais on ne leur a pas fait de cadeaux. Quand on n’est pas forcément d’accord avec un entraîneur, on doit faire avec. On n’a pas le choix. Par contre, on peut se mobiliser et se motiver pour faire de bonnes choses. Je ne sais pas si ça a été le cas. Mais quand j’entends et vois évoluer des filles comme Amandine Henry ou Wendie Renard, j’ai quand même l’impression qu’elles sont capables de fédérer un groupe. »

– De Bini à Diacre, quatre sélectionneurs n’ont pas réussi à les faire gagner…

« Ces filles-là, elles ont juste besoin de considération. On est passé du tout au tout. Bruno Bini était à fond sur son projet de vie et le bien-être des joueuses. Il omettait peut-être l’aspect tactique et technique. Désormais on a Corinne Diacre qui occulte totalement l’aspect management du groupe et qui ne se focalise que sur le foot pur. Il faudrait un juste milieu. Quand Corinne Diacre ne prend pas Amandine Henry en sélection, c’est un choix. On se doit de le respecter. Mais Amandine est un cadre de l’équipe, elle est capitaine, on se doit de lui expliquer. Je suis sûre qu’Amandine aurait été capable d’entendre de la bouche de la sélectionneuse qu’il fallait qu’elle se repose un peu, qu’elle était en méforme et qu’elle prenne une semaine pour elle… Mais dire simplement « je ne te prends pas, ne t’attends pas à être dans la prochaine liste, au revoir »… Non, on ne peut pas fonctionner comme ça. C’est triste d’en arriver là. Cela donne une très triste image de notre discipline. »

– Deux femmes ont le BEPF aujourd’hui en France. Le poste de sélectionneuse nationale est-il un objectif pour vous ?

« Tout entraîneur a dans la tête et dans le cœur l’envie de défendre son pays. Je suis une ancienne internationale en tant que joueuse. Quand j’avais vingt ans, j’ai dit à Élisabeth Loisel (sélectionneuse des Bleues entre 1997 et 2007) que, dans mon projet de vie, je voulais prendre sa place un jour. Ça fait partie d’un rêve et d’un objectif de carrière. Je ne me cache pas. Mais la question ne se pose pas pour le moment. Ce n’est pas le moment d’en parler. »

Lire l'intégralité de l'article sur
rclensois 5

New Report

Close