Lille et Lens, même division mais pas logés à la même enseigne

Le 11 novembre a été un jour de libération pour le LOSC, qui a pu renouer avec le terrain sous les ordres de Rachel Saïdi. « On le doit à cette circulaire qui autorise les équipes majoritairement constituées de sportifs sous contrat à s’entraîner, explique l’entraîneuse lilloise. L’an passé, les clubs de D2 n’avaient le droit qu’à cinq contrats fédéraux. C’est passé à douze cette saison. Cela a permis à certains clubs de se professionnaliser. »

Le LOSC, lui, est resté à cinq. « Parce que cette mesure est arrivée tardivement, après notre recrutement, commente Patrick Robert, le président de l’association. Mais on a d’autres contrats de travail pour neuf autres filles. Du coup, comme le groupe est formé de 23 joueuses, tout le monde peut jouer grâce à ces quatorze-là. »

Confinées et à l’arrêt depuis douze jours, les Lilloises étaient forcément ravies de se retrouver, mercredi, sur le terrain du stade municipal de Camphin-en-Pévèle. « Ça n’a pas été simple d’expliquer les consignes, sourit Rachel Saïdi. J’ai récupéré des pipelettes qui avaient visiblement beaucoup de choses à se raconter. Pouvoir reprendre est une très bonne nouvelle pour les filles, sur le plan mental comme physique. Parce que je me souviens du premier confinement qui a fait beaucoup de dégâts. Il n’y a qu’à recenser le nombre de ruptures des croisés intervenus à la reprise dans beaucoup de clubs… » Le LOSC, lui, a été épargné et compte bien l’être encore dans les semaines à venir.

Lens, contre mauvaise fortune, bon cœur

Côté lensois, en revanche, c’est la soupe à la grimace. Le mail du service juridique de la FFF est tombé mardi après-midi : les Artésiennes, huitièmes au classement, ne peuvent pas s’entraîner collectivement.
Une seule joueuse est sous contrat fédéral
: l’attaquante Mama Diop.

Sarah M’Barek, qui a subi une greffe de rein en 2006, affiche un sentiment partagé. « Étant une personne à risques, j’apprécie forcément de voir toutes les précautions prises pour la santé de chacun, confie la coach lensoise. C’est une saison atypique et une situation inédite. Mais certaines équipes peuvent s’entraîner. Je ne veux vraiment pas polémiquer, mais ces équipes sont-elles toutes dans les règles ? Ont-elles toutes suffisamment de joueuses sous contrat fédéral pour pouvoir obtenir le droit de s’entraîner ? Nous, on va tenter de s’adapter. » Ainsi, les joueuses pourraient prochainement bénéficier de séances individualisées, qui auraient lieu à La Gaillette ou au stade Pierre-Bolle à Arras.

Cette situation fausse-t-elle le championnat ? « Oui et non, tempère, fair-play, Sarah M’Barek. Les clubs qui peuvent s’entraîner sont ceux qui ont le plus de joueuses sous contrat fédéral, et donc ceux qui ont les plus grosses structures. Ils jouent déjà tous la montée. Nous, on vise toujours le podium, mais on est plus dans le milieu de tableau pour le moment. Ce qui nous gêne le plus actuellement, c’est de ne pas pouvoir nous voir. Au bout d’une semaine sans s’entraîner, le terrain manque vite. »

Lire l'intégralité de l'article sur
rclensois 5

New Report

Close