« Ce n’est pas dans l’ADN du club de baisser les yeux », assure Franck Haise après RC Lens – Marseille

Retenez-vous le verre à moitié vide sans la victoire ou le verre à moitié plein après un match mal embarqué à la pause ?

« Je vais retenir le verre à moitié plein. Même si évidemment, au vu quand même du match, on aurait préféré de nouveau gagner chez nous. Mais quand on est mené 2-0 à la mi-temps d’un match contre Marseillle, c’est déjà une bonne chose d’avoir aussi bien réagi. Même si je trouve qu’on avait déjà agi en première période. Et que ce sont plus des coups du sort ou des errements sur un second ballon sur le deuxième but qui ont fait que Marseille menait. Et que ce n’était pas hyper logique non plus. Mais voilà, une fois de plus les joueurs ont répondu présent et jusqu’au bout. S’il y a une petite déception, comme on a égalisé assez rapidement, sur nos occasions et nos situations, c’est de ne pas avoir réussi à mettre le troisième but. »

« Les joueurs sont capables de renverses des montagnes »

Le changement tactique à la pause a-t-il changé le match au point de vous laisser des regrets ?

« Oui, alors nous avions quand même été dominateurs à certains égards en première période. Mais la seconde a été totalement en notre faveur. Même si je n’oublie pas qu’à 1-2 ils ont quand même une grosse occasion et que ça aurait pu être différent s’ils avaient marqué. Le changement tactique a fait du bien certainement, même je trouvais que notre première mi-temps était déjà cohérente. Et qu’on avait eu l’occasion d’ouvrir le score. Voilà, les joueurs sont capables de renverser des montagnes. Je savais aussi qu’il fallait être patient car il y avait des joueurs à Marseille qui n’avaient pas beaucoup joué ces derniers temps et qui pouvaient être en difficulté physique en seconde période. Ce qui a d’ailleurs été le cas. »

Qu’avez-vous dit aux joueurs à la pause ?

« Qu’il ne fallait pas tout jeter sur cette première mi-temps. Que malgré ce résultat (Lens était mené 0-2), on avait réussi à leur poser pas mal de problèmes. Je pense qu’on n’était pas très loin de marquer. Je leur ai dit qu’on allait faire un changement de système pour aller plus loin dans notre expression offensive. Mais qu’il fallait être calme. Qu’il fallait juste mettre le but qui les ferait douter et nous donnerait encore plus de forces. On l’a mis très vite ce but. Mais je leur ai dit qu’on ne le mettrait peut-être qu’à la 60e minute ou la 70e et qu’il y aurait encore beaucoup de temps. C’était assez calme… »

Comment avez-vous trouvé les Marseillais après cette semaine si particulière ?

« Les Marseillais ont joué en équipe. Ont défendu en équipe malgré la fatigue. Une réaction d’équipe. »

Vous étiez menés à la pause en raison du talent des attaquants marseillais ou parce que votre équipe s’est laissée un peu griser dans le jeu à l’image de cette relance de Doucouré interceptée ?

Sur le premier but, ils contrent notre contre-attaque… C’est un ballon presque anodin. Et en effet il y a de la qualité dans cette équipe. Et Thauvin parvient à mettre le ballon dans un angle presque impossible. Après on prend le deuxième sur coupe de pied arrêté. Je ne pense qu’on se soit laissé griser. Mais on n’a pas été assez efficaces sur les quelques situations, notamment l’occasion de Flo Sotoca. Marquer le premier change souvent la donne. Cette occasion, on aurait pu la regretter. »

« Une seconde mi-temps presque intégralement dominée »

C’est l’état d’esprit que vous allez encore retenir ?

« Complètement. C’est pour ça que je retiens le verre à moitié plein. Non seulement on est capable de revenir au score mais avec cette qualité. Pas de façon heureuse. Ça a été une seconde mi-temps presque intégralement dominée. Ça veut dire qu’il y a de la qualité en plus de l’état d’esprit qui est exceptionnel. »

Vous jouez Rennes samedi et on a sentiment que vous pourrez encore regarder cette équipe dans les yeux ?

« Ce qui est sûr c’est que ce n’est pas dans l’ADN du club de baisser les yeux face à n’importe quelle équipe. Parfois c’est compliqué. Et ça nous arrivera encore. Mais aujourd’hui on est dans ce championnat avec de bonnes prestations, parfois des très bonnes. Des moments plus compliqués aussi. Mais on est là et les joueurs sont bien là. »

Lire l'intégralité de l'article sur

New Report

Close