Le RC Lens se casse les dents à Metz

Il a manqué d’un peu de tout ce samedi à Metz. Mais au final il n’a peut-être pas manqué grand-chose non plus au RC Lens pour accrocher un point dans le final, où il a poussé très fort avant de se faire cueillir sur un ultime contre de Boulaya (2-0, 90e+4).

Ce qui peut lui laisser quelques regrets, comme l’a indiqué Franck Haise avant de quitter la Lorraine : «
Sur la seconde période, on est quand même plus proche du 1-1 que du 2-0…
 »

Trois jours après Monaco, les héros lensois n’étaient pas forcément fatigués malgré ce troisième match en huit jours, d’autant que quatre hommes frais (Badé, Clauss, Cahuzac et Sotoca) étaient de retour.

Lire aussi
Football (Ligue 1) : « On a manqué de folie », lâche Franck Haise, coach du RC Lens

Mais ils étaient beaucoup moins inspirés. Surtout lors de la première période, qui fut compliquée face à une équipe messine disciplinée, engagée et sans faille. Avec un bloc bas en hérisson, imperméable, sur lequel Lens, qui avait la possession de balle, se cassa vite les dents, avec juste quelques tirs contrés (Sylla 6e, Sotoca 16e, Clauss 28e). Rien de tranchant. « On a manqué de folie », déplora Franck Haise.

En défense, les Lensois n’étaient pas déséquilibrés, mais leur fébrilité sur coups de pied arrêtés, leur talon d’Achille du moment, les mettaient à la portée de Messins à l’affût, comme sur cette tête de Kouyaté que Leca, battu, fut heureux de voir repoussée par le poteau (9e).

 

Finalement, c’est sur un contre qu’ils finirent par céder, un comble à l’extérieur. Sylla perdit le ballon au milieu et Boulaya lança Nguette en profondeur. Haïdara apprécia mal la trajectoire, puis se retrouva sur les talons face à la puissance de l’ancien Valenciennois, qui le crocheta pour frapper du gauche… À la lutte avec Yade, Gradit dévia légèrement le ballon, ce qui trompa Leca (1-0, 30e).

Ce n’était pas immérité pour Metz, qui semblait plus à l’aise dans son plan de jeu. Et faillit prendre le large sur corners par Bronn (33e) et Boye (34e).

La roue a fini par tourner

Mais ce n’était pas insurmontable non plus pour ce RC Lens, qui parvint à redevenir lui-même en seconde période. Il accéléra, surtout à partir de l’heure de jeu, après l’entrée de Fofana qui le dynamisa.

Sur un centre de Haïdara, Sotoca ne parvint pas à cadrer sa reprise au second poteau (64e). Cette charge sonnait le début de la révolte lensoise qui s’intensifia, avec, enfin, plus d’initiatives et de mordant pour ouvrir la défense des Grenats. De justesse aussi. Mais les Lensois se heurtèrent alors à Oukidja. Le gardien messin bloqua de bons tirs de Fofana (66e), Doucouré (70e) et s’envola vers sa lucarne pour capter un essai lointain de Jean (80e).

Sotoca fut ensuite contré (82e), puis bien malheureux sur une reprise qui lui échappa seul face au but (83e).

Le signe ultime d’un match qui ne pouvait pas sourire à des Lensois, qui tombent cette fois à l’extérieur après s’y être imposés trois fois de suite.

La roue a fini par tourner. Charge aux Sang et Or, qui restent sur quatre matchs sans victoire à domicile, de changer l’histoire mercredi à Bollaert face à Brest pour le dernier match de l’année.

Si vous nous suivez depuis l’appli, cliquez ici

Lire l'intégralité de l'article sur
rclensois 5

New Report

Close