Ligue 1: une épidémie et des questions pour le Racing Club de Lens

Ce samedi 24 octobre aura, sans aucun doute, été une des journées les plus longues et les plus stressantes pour le staff et les dirigeants du Racing. La révélation, tôt dans la matinée, de quatre cas positifs chez les joueurs, et la confirmation redoutée concernant Franck Haise souffrant depuis jeudi soir, a été la première lame.

Mais très vite, la situation s’est aggravée. Mené par l’adjoint de Franck Haise, Lilian Nalis, le groupe lensois a rendez-vous tôt dans la matinée. L’idée est de se mettre sur le « créneau horaire » du match prévu le lendemain contre Nantes, programmé à 13 heures. Vers 9 h 30, les joueurs valides se retrouvent sur le terrain d’entraînement de La Gaillette. Mais déjà, certains ont fait part de symptômes inquiétants. Combien sont-ils à ce moment à quitter la séance pour aller passer des tests en urgence ? Au moins cinq, selon nos informations. Principalement des cadres de l’équipe, des titulaires indiscutables, ce qui n’était pas le cas des joueurs déjà testés positifs.

L’effectif du RC Lens est durement touché par le Covid-19. PHOTO LUDOVIC MAILLARD – VDNPQR

En fin d’après-midi, les premiers résultats tombent. Onze joueurs et deux membres du staff sont positifs. Et ce n’est peut-être qu’un début. Alors que le Racing avait déjà deux joueurs positifs la semaine dernière (les jeunes Adam Oudjani et David Pereira), le virus semble s’être répandu à une grande vitesse au sein de La Gaillette. Pour preuve, certains membres de l’équipe de National 2 sont également touchés. Le staff médical du club demande rapidement à l’ensemble des salariés de rester confinés jusqu’à lundi matin. Une nouvelle batterie de tests sera alors effectuée. En espérant ne pas avoir une contagion endémique qui repousserait à bien plus longtemps le retour à la normale.

Quid du match à Marseille ?

Le report du match contre Nantes peut être considéré à court terme comme une bonne affaire. Lens, sans compter les joueurs testés positifs, aurait été privé d’au moins sept éléments : Fofana, Ganago, Sylla, Traoré, Clauss (blessés), Michelin et Gradit (suspendus). À vrai dire, si le nombre de personnes infectées n’avait pas atteint la limite imposée par le protocole sanitaire de la LFP, on peut même se demander comment Franck Haise et ses adjoints auraient pu composer une équipe parfaitement compétitive.

Une nouvelle batterie de tests sera effectuée lundi matin.

Mais ce constat à court terme est évidemment bien trop limité. Et Lens n’a probablement pas grand-chose d’autre à gagner de ce report. D’abord, vu l’ampleur de la contagion dans son vestiaire, de nombreuses questions se posent sur la récupération et le retour de ses joueurs. Contactés hier, certains ont confié ne ressentir presque aucun symptôme. D’autres sont plus affectés. Le délai minimum imposé par la Ligue est huit jours de mise en quarantaine. Et encore, si le joueur n’est pas victime d’épisodes fiévreux. Quand le Racing pourra-t-il récupérer un effectif conséquent ? Cela semble déjà
mettre en péril, le mot est faible, le déplacement prévu à Marseille vendredi soir.

Le Racing, qui avait faim de se relancer après sa déroute lors du derby à Lille (0-4), pourrait donc attendre encore deux semaines avant de refouler les terrains. La densité incroyable du calendrier (notamment celui de Marseille engagé en Ligue des champions) pourrait également repousser à 2021 la reprogrammation des matchs non-disputés. Et jouer une saison avec un ou deux matchs en retard n’a jamais été un avantage…

Lire l'intégralité de l'article sur
rclensois 5

New Report

Close