Valdivia, l’atout coeur du jeu artésien

Pierrick Valdivia est, avec Le Moigne et Baal, la force d’un Racing Club de Lens qui a su retrouver une certaine sérénité.

Associé à Le Moigne et Baal, Valdivia s’est tout de suite intégré à l’effectif sang et or. S’appuyant sur une qualité technique indéniable, un esprit irréprochable et une grande capacité d’adaptation, le premier buteur lensois de la saison a maintenant pour devoir d’être le premier soutien d’une pointe lensoise trop souvent esseulée. Une consigne dont il s’accommode parfaitement, bien aidé par deux compères au meilleur de leur forme.

S’il alterne le bon et le moins bon depuis le début de saison, David Pollet n’a pas toujours été aidé par un bloc évoluant relativement bas, n’apportant pas assez vite le surnombre offensivement, ne soutenant pas comme il le devrait son numéro 9. Une analyse que confirme l’une des recrues lensoises de l’intersaison, Pierrick Valdivia. « Au départ, on avait un peu de mal, au milieu de terrain, à aider David Pollet car on défendait et on revenait bas.» Jean-Louis Garcia s’est donc penché sur le problème en modifiant légèrement le positionnement de ses joueurs au milieu. « On s’est rendu compte, contre Dijon, que sur les deuxièmes ballons, Jérôme (Le Moigne) était un peu isolé. Donc Ludo (Baal) avait reculé et Pierrick (Valdivia) était remonté d’un cran.» Une disposition au milieu satisfaisante, tant pour le technicien sang et or que pour les joueurs concernés. « A Ajaccio, on a reconduit ça avec Pierrick plus haut, en soutient plus direct de l’attaquant.» Une nouvelle fois, et même si la prestation ne fut pas aussi aboutie, « ça n’a pas mal fonctionné », dixit l’entraîneur lensois. Même son de cloche du côté du numéro 19 lensois. « Aujourd’hui, je joue un cran plus haut et ça va être mieux pour accompagner les attaquants.» Une complémentarité entre l’ancien sedanais et l’attaquant artésien que souhaite voir évoluer Jean-Louis  Garcia. « Cela peut-être une donnée intéressante, tout comme les qualités de Pierrick : le sang-froid, la tranquillité technique, la qualité de passe.» Mais si la pointe du dispositif de l’ancien coach angevin va pouvoir compter, de plus en plus, sur un précieux soutien, il le devra en grande partie à la qualité du milieu de terrain lensois.

La triplette du milieu prend ses aises

LE bon coup lensois du mercato à coup sûr. Pierrick Valdivia et Jérôme Le Moigne, une complémentarité qui, l’an dernier, était l’une des forces de Sedan. Le compromis entre la jeunesse, la fougue du natif de Bron et la sérénité, la propreté dans le geste que dégage l’expérimenté capitaine du club minier. La mayonnaise n’a pas tardé à prendre. « Ça faisait trois ans que l’on jouait ensemble à Sedan. Et à Lens, on a le même système de jeu, donc ça aide », confirme Pierrick Valdivia. Un plus non négligeable dans une formation en quête de repères, agitée par une période estivale compliquée. Mais loin de ne penser qu’à son ancien coéquipier sedanais, Valdivia n’oublie pas la présence bénéfique de Ludovic Baal et l’entente qui existe entre les trois hommes.  « Nous nous entendons vraiment bien avec Ludovic Baal.  On essaye de donner le maximum de nous-mêmes pendant le match.» Une hargne qui fait plaisir aux yeux des habitués d’un Bollaert qui a adopté une triplette déjà chez elle sur cette pelouse. Car à cette solidarité affichée par les trois hommes se greffe celle d’un groupe « vraiment soudé » où la confiance semble être -enfin- de retour.

rclensois 5

1 commentaire

  1. Illustration du profil de
    lensmorgan62

    Bon voire très bon milieu de terrain cette année, à voir pour la suite mais avec un ailier droit, nous devrions voir de l’animation offensive, parce que N’Diaye fait le boulot à gauche meme s’il recherche encore un peu de constance, mais ça peut avoir de la « gueule »

Les commentaires sont fermés.