Lens s’incline face à un Angers plus efficace

Un match peut parfois se résumer en un homme. Consternant de maladresse en première période, confondant vitesse et précipitation, David Pollet s’est remarquablement refait la cerise en seconde. Assez pour se reprendre ? Peut-être pas, mais au moins pour ne pas tergiverser pendant une trêve internationale où l’ensemble de l’effectif Sang et Or va, lui, s’interroger.

Par deux fois, l’attaquant artésien s’est retrouvé en position idéale pour marquer. Par deux fois, ses carences techniques ont eu raison de lui. D’abord lorsque, sorti loin de ses cages, Grégory Malicki ne renvoyait pas correctement la balle. A l’entrée de la surface, il ne restait plus qu’à conclure d’une frappe dans un but désert. Mais à se compliquer la tâche, il n’en a rien été pour le numéro 9 lensois. Puis, au point de penalty, seul face à une cage déserte, David Pollet ne pouvait convertir un magnifique travail de Valdivia côté gauche. La barre venait sauver Angers de l’égalisation.

Car si les hommes de Stéphane Moulin étaient dans le dur à l’approche de la demi-heure de jeu, ils avaient, auparavant, parfaitement maîtrisé le premier quart d’heure. Au jeu posé ce mêlait l’efficacité. Redoutable, elle était caractérisée par l’ouverture du score de Touré contre son camp (13e). La seule véritable occasion angevine de la première période, mme si, de loin, Férébory Doré voyait sa tentative passer au dessus de la cage de Rudy Riou (40e).

Douche froide sur Bollaert

Le début de la seconde n’était guère plus emballante offensivement. Mais tout se décantait rapidement. Keseru se chargeait de glacer Bollaert (2-0, 67e) avant que Pollet ne  le réchauffe rapidement. D’une frappe soudaine des 20 m, en pivot, le Belge envoyait le cuir en pleine lucarne (76e). Coup de tonnerre, comme pour raviver la flamme d’un espoir envolé. Mais le miracle n’aura finalement pas lieu. Et malgré une dernière tentative de Pollet (80e), c’est Angers qui a eu le dernier mot. Un contre rondement mené et conclu victorieusement par Charles Diers (90+3e).

Pour la première fois de la saison et après six journées, Lens s’incline. Un revers qui vient ternir un mois d’août correct mais où l’absence de victoires, notamment à la maison, fait aujourd’hui glisser le club artésien dangereusement dans la seconde partie de tableau.

Laurent Mazure

rclensois 5

1 commentaire

  1. Illustration du profil de
    anthony62145

    Les joueurs sont passés totalement à travers ce match, beaucoup de pertes de balles et de mauvais contrôles. Un match à oublier au plus vite, espérons une réaction à Châteauroux dans 2 semaines.

Les commentaires sont fermés.