Arnaud Pouille fait le point sur la situation

Alors que le gouvernement a annoncé ce mardi 28 avril la fin de la saison 2019-2020, Arnaud Pouille, directeur du RC Lens a répondu aux questions de France 3 sur la potentielle montée du club en Ligue 1, l’organisation du mercato ou la possible organisation de matchs à huis clos.

« Pour l’instant, il n’y a pas de certitude », reste prudent Arnaud Pouille, directeur sportif du Racing Club de Lens sur l’éventuelle montée du club en Ligue 1 alors que le gouvernement vient d’annoncer la fin du championnat pour cette saison 2019-2020. « Le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel doit se réunir et statuer sur l’arrêt des compétitions. »

Pourtant, l’optimisme est de mise : « Il y a des signaux positifs émis par le président de la Fédération française de football, Noël Le Graet, qui est le véritable patron du football français.[…] Ça fait cinq ans qu’on attend cette montée et sur les trois dernières années, on s’est fait sortir dans les derniers instants. On a une histoire avec cette montée qui est compliquée donc on espère que cette année, c’est la bonne. »

3,5 à 4,2 millions de pertes du fait de l’épidémie

« Pour nous, la décision du gouvernement est le pire scénario. » Cette fin de saison a déjà des conséquences économiques pour le club lensois : « On est entre 3,5 millions et 4,2 millions d’impact. Ce n’est pas neutre même si ça ne remet pas en cause la pérennité du club car on a un actionnaire qui s’investit et qui donne de la visibilité, ça nous donne de la sérénité dans cette période très compliquée. »

En cause, la perte des revenus liés à la billeterrie et aux droits audiovisuels : « On faisait 25 000 entrées en moyenne par match et on perd les droits audiovisuels mais une partie est compensée par la baisse des charges d’organisation et les mesures d’accompagnement de l’Etat. »

Le mercato, « la grande inconnue »

L’autre grande inconnue du club est le mercato : « La capacité finanicère qu’auront les clubs à pouvoir acheter des joueurs va être affectée par ce qui est en train de se passer, même si le secteur essaye de limiter les conséquences de la crise. Au niveau de la LFP, un groupe de travail s’est formé pour travailler avec certains présidents et chercher des solutions. »

Mais pour le RC Lens, le flou vient surtout de la possibilité de monter en Ligue 1 : « On avait pris l’habitude de vendre nos jeunes joueurs pour équilibrer nos comptes en Ligue 2 mais si on est en Ligue 1, j’ai l’impression que nos jeunes qui partaient car ils avaient envie d’aller joueur à un plus haut niveau, seront tentés de rester chez nous et de tenter le maillot sang et or en Ligue 1, donc on verra. »

Un début de saison 2020-2021 à huis clos ?

« On a déjà fini la saison 2019-2020 à huis clos contre Orléans. Au niveau organisationnel, on sait faire. On avait déjà commencer à imaginer comment on pourrait faire sur le moyen terme si ça devait continuer. Mais on va se poser avec nos supporters pour faire au mieux », concède le directeur sportif lensois : « Il va falloir réinventer les choses et une vie avec nos supporters pendant un petit moment, le temps qu’on arrive à résorber et combattre ce virus, qu’on ne pourra que faire de manière collective. »