Usé, Lens s’appuie sur son mental

Quatrième équipe à domicile, Istres attendait le RC Lens avec la ferme intention de mettre un terme à la longue invincibilité du club artésien. Mais devant les extraordinaires ressources mentales des Sang et Or, le club sudiste s’est révélé impuissant et n’a pu empocher trois points qui leur tendaient les bras… 

Une équipe de caractère. S’il subsistait un doute, il n’existe plus. Au bout du rouleau après un excellent match contre Guingamp, le Racing a montré toutes ses qualités mentales. Sur le reculoir en ce début de seconde mi-temps, les joueurs d’Eric Sikora allaient craquer à deux reprises en huit minutes. Niangdo transperçait dans un premier temps tous les rideaux artésiens depuis le milieu de terrain pour venir faire trembler les filets de Riou d’une frappe à ras-de-terre. De réaction, il n’y en aura pas, du moins pas sur le moment. Istres en profitait et Démont le constatait. Hors du coup, le défenseur latéral buvait la tasse sur le but du break inscrit par Fabien Bourillon. Dos au but, le numéro 4 sudiste pivotait et tirait dans la lucarne opposait de Rudy Riou. Imparable. Implacable. Les rêves d’un objectif mathématique fixé par Eric Sikora s’envolaient en même temps que le retour sur terre se faisait de manière brutal. Car la première mi-temps laissait espérer le meilleur des coéquipiers de Jérôme Le Moigne.

Une domination stérile

Dans la continuité du match face à Guingamp, le Racing rentrait idéalement dans la partie. Monopole du ballon, transmissions intéressantes créant quelques décalages, Lens dominait le début de rencontre face à une formation istréenne timorée et sans réel impact dans les duels. Il ne manquait qu’un peu de spontanéité dans le dernier geste pour permettre au Racing de concrétiser au tableau d’affichage. N’Diaye se chargeait de donner le ton de cette partie d’une frappe lointaine (4e) avant que Valdivia ne vienne inquiéter Petric d’un tir enroulé qui frôlait le montant droit du portier sudiste. En face, la formation de José Pasqualetti peinait à se porter vers l’avant et à poser le pied sur le cuir. Même si Riou était mis à contribution sur une tentative d’Akrour (6e) ou sur quelques sorties aériennes. Rien de bien concret, mais les débats s’équilibraient ci-tôt la demi-heure atteinte et après qu’N’Diaye pour les Artésiens (26e), puis Yahia-Chrif pour Istres (27e), ne manquaient d’un rien l’ouverture du score. L’attaquant lensois, idéalement servi par Valdivia, tardait à déclencher sa frappe du pied gauche, permettant le retour des défenseurs istréens. Puis, sur le contre, l’attaquant algérien ne réussissait pas à cadrer sa frappe devant la bonne sortie de Rudy Riou. La fin de la première période n’offrira plus guère de situations dangereuses et les deux équipes rejoignaient les vestiaires sur ce score nul et vierge. Puis venait le temps de la poussée istréenne ponctuée de deux réalisations, avant une fin de match complètement folle…

A l’arrachée

Au plus mal, le Racing allait pourtant réagir de fort bien belle manière. Sur un contre, Valdivia essayait de trouver Pollet, entré en jeu quelques minutes plus tôt. Contré par un défenseur sudiste, le ballon revenait sur le milieu lensois qui ne se posait aucune question et décochait une frappe tendue. Petric, bien que sur la trajectoire, ne pouvait stopper le tir de l’ancien sedanais. Lens réduisait le score grâce à la septième réalisation de Pierrick Valdivia. L’invincibilité artésienne allait-elle se prolonger ? Le Racing poussait et mettait ses dernières forces dans la bataille. A l’image de Bela qui faisait briller le portier adverse d’une frappe aux vingt mètres (84e). La récompense intervenait au début du temps additionnel, lorsque Touzghar propulsait le cuir à l’intérieur de la cage de Petric (2-2, 90e). Un goût de victoire pour un Racing néanmoins venu dans la région PACA pour y ramener les trois points. Ce point est bon à prendre et permet aux hommes d’Eric Sikora de poursuivre leur belle série de matchs sans défaites portée à dix. Place à la trêve. Salvatrice pour des Sang et Or exténués.

Laurent Mazure (lmazure@rclensois.fr)

4 commentaires

  1. #49119 Illustration du profil de ackerjerome 4

    encore? tu as vu ndiaye lors du dernier match? franchement ouvre les yeux ou va voir un ophtalmo. j en ai marre des supporter à deux balles comme toi qui critique sur du faux!

    1. #49125 Illustration du profil de Mirko 27

      Plutot d’accord avec toi, ndiaye a été royal contre guingamp. Dommage qu’il est été si souvent bléssé depuis le début de la saison.

    2. #49126 Illustration du profil de jiemel 9

      +1

      N’diaye a un bon touché de balle, fait de très bonnes accélérations qui font mal à l’adversaire, crée des décalages … bref il ne lui manque plus que de marquer pour en faire un joueur offensif complet !
      Je ne sais pas comment il est encore possible que certaines personnes écrivent autant de conneries … et cela en si peu de mots !!!!!

  2. #49118 Illustration du profil de bichouno62 49

    baal, ndiaye à la peine…encore

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close