Lensois au coeur, l’interview

A l’occasion de la sortie du livre "Lensois au coeur" par François Terrier et Christèle Frossard nous avons décider d’aller interroger les deux auteurs de ce magnifique livre qui plaira à surement plus d’un. Christèle Frossard et François Terrier sont partis à la rencontre de ces personnes qui entretiennent la flamme Sang et Or et qui participent à l’épanouissement du club. C’est ainsi qu’accompagnés d’un magnifique reportage photo, on y retrouver les témoignages de plus de soixante anonymes mais aussi de personnalités comme Jean Luc Reichman, Arnaud Tournant ou l’épouse de Pierre Bachelet, Françoise Bachelet. Lensois au coeur (144 pages) est disponible aux éditions Grimal, 22€ dont 1 euro reversé à La Chance aux Enfants. Nous remercions Christèle Frossard et François Terrier de nous avoir accordé de leur précieux temps pour cette interview.

– Comment décririez vous votre ouvrage en quelques lignes ?

Lensois au coeur est avant tout un beau livre hommage aux supporters et amis du RC Lens. C’est une véritable déclaration d’amour à un club mythique qui tient une place essentielle dans cette région Nord – Pas-de-Calais. Ce n’est pas un livre sur un club de foot, c’est un ouvrage de société sur des gens qui vivent pleinement leur passion. Notre rôle a été de de les écouter et de les faire passer de l’ombre à la lumière, avec pudeur et émotion. Je pense sincèrement que nous avons réalisé le livre dont on rêvait. C’est une vraie enquête de journalistes avec plus de soixante témoignages. On a rencontré des  personnages incontournables mais aussi beaucoup de supporters rencontrés au hasard, dans le stade, sur les marchés, dans les bars, ou lors d’un déplacement en car. Les textes sont forts, les photos sont magnifiques.

– Un an après votre premier ouvrage consacré au vélo, vous signez un second ouvrage, cette fois ci sur le RC Lens. Qu’est ce qui vous a décidé dans le choix de ce sujet ?

Avant même de créer les Editions Grimal, en octobre dernier, nous avions décidé de faire un livre sur l’environnement Sang et Or. J’ai découvert Bollaert en 1982 alors que j’étais militaire à la base aérienne de Cambrai et Christèle, qui adore viscéralement cette région, a débuté sa carrière à Berck. Le choix était donc évident dès le départ. En fait, on ne s’est même pas posé la question.

– Comment s’est passé la collaboration avec Gervais Martel, qui a signé la préface du livre ?

Avant de débuter nos reportages, on a décidé d’informer le RC Lens, par simple politesse. Gervais Martel, en fin connaisseur, avait aimé notre livre La France du vélo qui donne également la parole aux anonymes. Il a donné son feu vert pour nous ouvrir les coulisses du club et nous permettre de travailler dans les meilleures conditions.  On a eu carte blanche et à aucun moment le club ne s’est immiscé dans notre travail.  Il n’a rien contrôlé et nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont aidés et nous ont accordé leur confiance. On pense à Laurent Maly, le responsable de la communication, à Véronique du 12 Lensois, et à beaucoup d’autres encore. Gervais a accepté de faire le préface quand il a vu les premières pages du livre. Ca été notre plus belle récompense.

– Vous êtes allés à la rencontre de ces hommes et ces femmes qui construisent jour après jour l’histoire du RC Lens. Êtes vous sorti enrichi de toutes ces rencontres ?

Forcément. On connaissait la gentillesse des gens du Nord, mais en les côtoyant au plus près, on a vérifié que ce n’était pas une légende. Le livre est sorti et nous sommes toujours en contact avec nos témoins. Beaucoup sont devenus des amis. Notre aventure ne s’arrête pas avec la sortie de ce livre. Nous avons reçu beaucoup d’amour et vécu de belles émotions. On en ressort marqués.

– Lensois au coeur connait un très grand succès depuis sa sortie et même auparavant. Vous attendiez vous à un tel engouement dans une région qui baigne dans l’univers Sang et Or ?

Oui et non. On sait que les supporters font énormément de sacrifices financiers pour acheter les produits dérivés de leur club, mais il n’est pas forcément dans leurs habitudes d’acheter des livres. Surtout sur des anonymes… Le livre vient tout juste de sortir, et il est trop tôt pour parler de succès. Succès d’estime sans doute, car l’information est bien passée dans les travées de Bollaert, mais avant de parler de succès en librairie, attendons un peu. C’est prématuré. En tout cas, à voir la joie qu’on a donnée aux témoins de ce livre, on peut dire qu’on est déjà très heureux.

– Qu avez vous retirer de cette expérience ? Projetez vous de signer un troisième ouvrage ensemble ?


Beaucoup de richesse, de partage, de souvenirs et d’émotion. Beaucoup de numéros de téléphone et de cadeaux aussi. Notre troisième livre sera conçu sur le même concept dans les coulisses de Rungis. Le quatrième livre nous amènera sans doute sur un projet magnifique sur la région Nord – Pas-de-Calais. On va donc nous revoir à Lens avant la fin de l’année… et même le 22 mai car nous venons, on l’espère, fêter la remontée du club en Ligue 1.

rclensois 5