Vitorino Hilton, ce sont ses potes du RC Lens qui en parlent le mieux

Un leader naturel

Vitorino Hilton, buteur à Nîmes face à Istres (0-2), le 21 août 2004. Derrière lui, Alou Diarra. PHOTO LA VOIX

« On avait deux superbes défenseurs centraux, explique Yohan Demont. Il y avait Vitorino et Adama Coulibaly, dit « Police » ou « Popo ». « Popo », c’était le sage, qui ne s’énervait jamais. Vitorino, c’était pareil. Lui, c’était le cerveau de l’équipe ! » Lorsqu’il en était le capitaine, Vitorino Hilton savait canaliser ses camarades. « Moi, je suis du genre électrique, reprend Demont. Quand tu pètes un peu les plombs, t’en as qui vont te crier dessus en te disant de te calmer. C’est encore pire. Lui, il me disait un mot, calmement, et ça suffisait à me faire redescendre. »

Alou Diarra évoque lui « un super mec, pas du genre à brailler, qui avait une grande maîtrise de lui-même ». Sans cacher ses émotions. « Parfois, quand ça n’allait pas, il le disait aussi. C’est un vrai compétiteur. » Dindane ne dit pas autre chose : « Il y a beaucoup de leaders qui ont une grande bouche dans les vestiaires mais qui ne sont pas grand-chose sur le terrain. Lui est très discret mais est un exemple pour tous. Vitorino est juste bienveillant. »

Un guide pour les jeunes

Vitorino Hilton face à Caen le 26 janvier 2005 pour une défaite du RC Lens (0-1). PHOTO LA VOIX DU NORD – VDN

« Il était vachement proche des jeunes, se souvient Jonathan Lacourt. Il était d’une grande gentillesse. C’était une époque où il était très compliqué pour les jeunes du centre de formation d’arriver chez les pros à Lens. Quand on arrivait, il nous mettait à l’aise. » Exemplaire dans son comportement, Hilton était une source d’inspiration pour les gamins qui débarquaient en équipe première. « Il aimait nous chambrer mais toujours sans crier, rappelle Lacourt. C’était aussi un dur au mal. Contre Monaco, en 2007-2008, il s’était ouvert le crâne sur un corner et avait continué la partie. Il avait d’ailleurs beaucoup plus de cheveux qu’aujourd’hui ! (rires)»

Un défenseur de haut niveau

Vitorino Hilton le 23 août 2005, face à Cluj en Coupe Intertoto. Le Brésilien avoir ouvert le score, lançant le RC Lens vers la victoire (3-1). PHOTO LA VOIX DU NORD – VDN

Lorsqu’Aruna Dindane affrontait Hilton à l’entraînement, « Danger man » savait qu’il passerait un moment compliqué. « Vitorino n’était pas un monstre visuellement. Mais il avait des qualités hors norme. Il était tellement intelligent. » Yohan Démont acquiesce : « Il n’était pas très grand mais avait un tel timing… Il voyait tout avant les autres. » Alou Diarra insiste : « Sa lecture du jeu était phénoménale. Je jouais devant lui puisque j’étais milieu défensif. On devait beaucoup communiquer. Et puis, il avait une sacrée qualité de relance. » Sa détente faisait mal. « Sur les coups de pied arrêtés offensifs, les défenseurs se focalisaient sur des joueurs comme moi, reprend Diarra du haut de ses 190 centimètres. Vitorino est plus petit (1,80 m). Alors, il surprenait tout le monde pour mettre des buts importants

Une longévité exceptionnelle

Vitorino Hilton, le 5 août 2007, pour une victoire face à Troyes et Sébastien Dallet (1-0). PHOTO LA VOIX DU NORD – VDNPQR

« Un don de la nature. » Aruna Dindane, c’est la première explication lâchée pour tenter d’expliquer la longévité extraordinaire de son ex-partenaire. « Un grand professionnalisme », enfonce Jonathan Lacourt. Son pote Yohan Demont, qui fréquentait Hilton loin des terrains, n’est pas surpris. « Il avait une hygiène de vie irréprochable. Il était très famille. Quand il sortait de l’entraînement, il filait passer du temps avec ses enfants. »

Pour rappel, Vitorino Hilton est né le 13 septembre 1977, soit quatre mois avant Gianluigi Buffon. Et un mois avant le mythique Lens – Lazio de Rome (6-0) en Coupe de l’UEFA.

Le 29 mars 2008, le RC Lens s’incline à la dernière minute de la finale de la Coupe de la Ligue sur un penalty généreux accordé par Laurent Duhamel suite à une faute d’Hilton. PHOTO LA VOIX DU NORD

Jonathan Lacourt, 34 ans

Son équipier à Lens entre 2005 et 2008

Aujourd’hui entraîneur des jeunes à Albi

Alou Diarra, 39 ans

Son équipier à Bastia en 2003-2004 puis à Lens entre 2004 et 2006

Aujourd’hui entraîneur adjoint du RC Lens

Aruna Dindane, 40 ans

Son équipier à Lens entre 2005 et 2008

Aujourd’hui responsable d’un syndicat de footballeurs ivoiriens

Yohan Démont, 42 ans

Son équipier à Lens entre 2005 et 2008

Aujourd’hui entraîneur de l’équipe réserve du RC Lens

Lire l'intégralité de l'article sur

New Report

Close