Lens a donné le ballon pour se faire battre

Étrange de voir les Sang et Or évoluer à domicile en vert et noir. Mais l’hommage à Sainte-Barbe méritait bien ça, avec cette tenue de travail du plus bel effet, qui collait bien avec un magnifique tifo lampe de mineur des supporters au coup d’envoi.

Le maillot collector n’a toutefois pas suffi aux Lensois pour retrouver des couleurs à domicile, où ils n’ont pris que deux points sur douze lors de leurs quatre dernières sorties, ce qui est un vrai frein à leur progression.

Un match enlevé

Assez entreprenant et dans le coup d’un match enlevé, le Racing n’a pas manqué d’occasions dans cette rencontre où il a su poser beaucoup de difficultés aux Montpelliérains. Mais il est allé à la faute à trois reprises et a offert aux Héraultais leurs trois buts, provoquant sa propre perte. Car même s’il fit à nouveau preuve de résilience pour revenir de 0-2 à la demi-heure de jeu à 2-2 en début de seconde période, le troisième but à vingt minutes de la fin lui fut cette fois fatal.

Après dix minutes de méfiance réciproque, le match démarra réellement sur une volée de Sotoca, qui n’inquiéta pas vraiment Omlin, le gardien montpelliérain, mais illustra la montée en puissance des intentions lensoises (12e). C’est pourtant au moment où il commençait à trouver des repères offensifs que le Racing fut pris une première fois à la faute.

Montpellier n’a pas eu à forcer

Badé manqua son dégagement qui fut contré côté droit. Puis Clauss perdit son duel, ce qui bénéficia à Delort, dont le magnifique extérieur du pied droit trouva la tête de Mavididi au cœur d’une défense hors de position (0-1, 16e).

Sonné, Lens n’était pourtant pas au bout de sa peine et surtout de ses erreurs. Ainsi, celle de Leca l’assomma un peu plus. Sur un coup franc parfaitement tiré par Savanier, le gardien manqua sa sortie et boxa le ballon des poings sur Mendes, qui le contra dans le but (0-2, 26e).

Montpellier, qui n’avait pas eu à forcer grand-chose pour faire le trou, passa même près du coup de grâce sur une tête de Delort, qui rasa la lucarne, alors que Leca n’avait pas bougé (31e).

Lens sut réagir, pourtant…

C’était le signe que le vent avait peut-être tourné. Et, en effet, Lens sut réagir, en enchaînant un mouvement devant la surface, qui permit à Fofana de frapper du droit sur le poteau, avec un rebond favorable dans le dos d’Omlin pour le but (1-2, 36e).

Tout était relancé et le Racing profita pleinement de l’aspiration au retour des vestiaires pour mettre la pression. Et il fut vite récompensé, avec un penalty obtenu par Fofana sur une faute d’Omlin. Kakuta, passeur au départ, se chargea de remettre les deux équipes à égalité avec son sixième but de la saison (2-2, 50e).

Comme tout était possible dans ce match, Lens faillit ensuite faire la bascule, mais Kalimuendo ne cadra pas sa reprise (52e), avant d’être trop collectif (56e). Et c’est au contraire Montpellier qui réimprima un temps fort. Et profita d’une nouvelle erreur lensoise, un oubli au marquage sur corner qui laissa Laborde seul face à Leca (2-3, 69e).

Derrière, le club artésien eut encore de quoi revenir, mais Kakuta ne cadra pas sa reprise dans la surface et une demi-volée de Ganago trouva la parade d’Omlin (86e) pour laisser au final beaucoup de regrets.

> SI VOUS NOUS SUIVEZ DEPUIS L’APPLI, CLIQUEZ ICI.

Lire l'intégralité de l'article sur
rclensois 5

1 commentaire

  1. Illustration du profil de
    Chtis

    honteux je vois que ce mot

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close