Le RC Lens, c’est épatant !

Le RC Lens ne perd jamais deux fois de suite, cette saison. Comme après Strasbourg et Montpellier, il a immédiatement rebondi après son revers lyonnais (2-1). Et quel régal ! Déjà mené 3-0 à la mi-temps, Troyes en a pris pour son grade de promu, ballotté par des vagues lensoises qui s’engouffraient dans tous les espaces avec un plaisir évident.

« Collectivement, tout est parfait », soulignait Jonathan Clauss au micro de Prime Video à la pause. Mais comme Wesley Saïd, omniprésent avant de sortir sur blessure (44e), le piston, lui, avait été dans tous les coups. Double passeur décisif, pour Arnaud Kalimuendo (1-0, 14e) puis Saïd, d’une volée au premier poteau (2-0, 29e), il y a ajouté un but, de la tête à la reprise d’un dégagement du gardien troyen, Gallon (35e), tout ça en une seule période, gonflée d’un superbe coup franc détourné d’une claquette par Gallon à la reprise (51e). Énorme.

Emprise sur le match

Mais Jonathan Clauss a raison aussi quand il évoque le collectif. C’est un RC Lens en pleine confiance, intraitable au pressing et joueur, qui s’est constamment projeté sans jamais se faire surprendre en contre. Le premier but d’Arnaud Kalimuendo en est l’illustration parfaite, une action d’école qui méritait bien une validation par la VAR malgré une (forte) suspicion de hors-jeu. Au commencement, un festival de Gaël Kakuta, à nouveau titularisé après deux matchs débutés sur le banc, puis une déviation de Seko Fofana vers Saïd et enfin une passe décisive de Clauss vers Kalimuendo aux 6 mètres. À la mi-temps, Lens avait déjà tiré 12 fois, dont 9 cadrées, cela dit beaucoup de son emprise autant physique que tactique.

À guichets fermés, Bollaert n’a rien senti de la froideur brutalement descendue avec la nuit. Les groupes de supporters de la Marek ont continué de manifester leur colère contre la direction du club et les sanctions consécutives aux incidents du derby par des banderoles (« RC de Ba Lens », « Au classement de la délation, le RC Lens champion » etc. ). Mais pas de grève des animations hier. Ils ont bien fait : leurs joueurs les ont gâtés d’un deuxième match de suite à domicile avec quatre buts marqués.

Le RC Lens a en effet continué sur le même ton en seconde période. Przemyslaw Frankowski a vite confirmé la domination artésienne, en reprenant, à ras de terre, une frappe de Florian Sotoca relâchée par Gallon, décidément pas à la fête (4-0, 60e) et qui subit encore toute une série d’occasions. Contrairement à Wuilker Farinez. Titularisé à la place de Jean-Louis Leca, suspendu, l’international vénézuélien n’a pas eu grand-chose à faire, juste à être vigilant devant Suk (70e, 90e) au milieu de ce joli monde qui passera, quoi qu’il arrive ce week-end, la trêve, dans le haut du classement qui lui va si bien.

Lire l'intégralité de l'article sur

1 commentaire

  1. Illustration du profil de dydy62

    Très beau match . A guichets fermés ! Contre Troyes ! le promu ! un stade de 50000 places on le remplirait ! Continuez Lensois vous êtes beaux

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close