Lens-Marseille, dans le rétro!

A quatre jours de la réception de l’Olympique de Marseille, match assurément décisif pour l’avenir du club Sang et Or, revenons sur quatre précédentes confrontations entre Lens et Marseille au cours des dix dernières années. Flashback.

Saison 2000/2001, 19e journée de Division 1

Après la mémorable épopée Sang et Or en coupe UEFA (Lens avait atteint les demi-finales de la compétition 1999/2000), les lensois vivent un début de saison 2000/2001 tonitruant. Les arrivées de joueurs tels qu’Antoine Sibierski, Esteban Fuertes, El-Hadji Diouf ou encore Franck Dumas portent leurs fruits sous la baguette du nouvel entraîneur Rolland Courbis. Malgré la pauvreté du jeu déployé par les Sang et Or, Lens gagne (4 victoires et 2 nuls pour les six premières journées), engrange et étonne. S’en suit une série de sept matchs sans victoire qui replace le Racing dans le rang. Et lorsque Lens reçoit Marseille, c’est finalement un duel de concurrents au maintien qui se joue. Face au décevant "Ohème" de Leroy, N’gotty, Marcelinho et Georges Weah, Courbis aligne le onze suivant: Warmuz- Sikora, Pierre-Fanfan, Dumas, Coly, Rool-Blanchard, Debève, Coridon-Moreira, Fuertes. Ce 5-3-2 concocté par l’ancien coach marseillais ne se procure que trop peu d’occasions et il faut attendre les entrées conjuguées de Sakho, Diouf et Sibierski pour trouver la faille: à la 86e minute de jeu, l’ancien nantais s’élève plus haut que tout le monde pour tromper Stéphane Trévisan d’un coup de tête et ainsi donner les trois points de la victoire à son nouveau club.

Saison 2003/2004, 3e journée de Ligue 1

C’est une belle affiche qui est proposée aux spectateurs de Bollaert en ce mois d’Août 2003. Après un match nul (0-0) face au Mans en ouverture de championnat et une défaite à Nantes (2-0), les lensois accueillent une équipe marseillaise invaincue. Joël Müller aligne l’équipe suivante: Itandje-Diagne Faye, Song, Bak, Rool- Sarr, Bouba Diop, Diane-Moreira, Utaka. En face, Alain Perrin compte notamment sur Runje, Laurenti, Drogba et Sychev pour ramener la victoire de Lens. Et sur l’une de ses premières incursions offensives, l’OM obtient un corner tiré par Vachousek et coupé victorieusement par Drogba. A peine dix minutes plus tard, les lensois égalisent par l’intermédiaire de Bouba Diop. Le géant sénégalais, bien servi par Daniel Moreira, élimine Meïté et frappe des 20mètres, son tir est dévié et trompe Vedran Runje. L’entrée en jeu d’Olivier Thomert et de Dagui Bakari insuffle ensuite un vent de folie sur le dernier quart d’heure du match: Thomert trouve d’abord le poteau sur un centre de Moreira (74e) avant de donner l’avantage aux Sang et Or dans les arrêts de jeu. Servi aux 20 mètres par Bakari, l’ancien manceau décoche une frappe puissante du gauche qui trompe une seconde fois le gardien marseillais (91e). Les supporters lensois peuvent alors entamer la Lensoise et savourer cette prestigieuse première victoire de la saison.

Saison 2007/2008, 29e journée de Ligue 1

Alors que peu de personnes du club n’imagine Lens relégué à l’issue de cette saison 2007/2008, le Racing de Jean-Pierre Papin reçoit un Olympique de Marseille qui se bat pour le titre. Le Stade Bollaert est évidemment comble et la première mi-temps est synonyme de démonstration des visiteurs: après des buts de Nasri (25e) et Cheyrou (29e), Lens est mené et semble incapable de se révolter. C’était sans compter sur l’entrée en jeu d’Eric Carrière à la pause: le meneur de jeu de poche transfigurant, à lui seul, le jeu de son équipe. Désormais capables de créer les décalages, les lensois révoltés enfilent trois buts en dix-huit minutes: Maoulida à bout portant (56e), Mangane du bout du pied (66e) et Rémy d’une frappe surpuissante du gauche (74e) embrasent le Stade Bollaert. Malheureusement comme trop souvent durant cette triste saison, la fâcheuse tendance lensoise à laisser filer des points allait encore s’exprimer: Nadir Belhadj tente un énième rush offensif à la 89e minute avant de perdre le ballon et sur le contre marseillais c’est Akalé qui, profitant du boulevard ouvert par l’arrière gauche algérien, sert Djibril Cissé pour l’égalisation marseillaise. Ce sont donc finalement deux nouveaux points (qui auraient pesé lourd lors du sprint final) qui échappent aux lensois à l’issue d’un match mémorable.

Saison 2009/2010, 15e journée de Ligue 1

Fraîchement de retour parmi l’élite, Lens dispose d’un effectif quasi-inchangé par rapport à sa saison de purgatoire. Et en cette fin de mois de Novembre, Jean-Guy Wallemme doit composer avec l’absence d’Eric Chelle pour la réception de l’Olympique de Marseille, de retour d’un solide déplacement à Milan où les hommes de Didier Deschamps ont récolté un brillant match nul (1-1). Le onze lensois est donc le suivant : Runje-Demont, Yahia, Sartre, Ramos-Hermach, Sow, Roudet-Monnet-Paquet, Akalé, Maoulida. Sous une pluie battante, les lensois font jeu égal avec leurs homologues phocéens au cours d’une première période pauvre en occasions. Au retour des vestaires, les marseillais sont plus tranchants et manquent de peu d’ouvrir le score par l’intermédiaire de Niang dont la frappe est idéalement repoussée par Vedran Runje (50e). C’est ensuite Lens qui a l’occasion rêvée de débloquer le tableau d’affichage: fauché par Bocaly dans la surface, Yohan Demont tente de se faire justice lui-même en frappant le pénalty accordé aux Sang et Or. Mais Mandanda choisit le bon côté et stoppe la tentative du capitaine lensois (62e). Après que l’OM ait tenté d’arracher la victoire grâce aux entrées de Brandao et Ben Arfa, c’est Eduardo, rentré quinze minutes plus tôt, qui délivre tout Bollaert dans les arrêts de jeu. A la réception d’un coup franc tiré par Roudet, le brésilien devance son compatriote Hilton et décroise sa tête pour tromper Mandanda (92e). Lens obtient ainsi une victoire de prestige face au futur champion de France, et rassure ses supporters sur les qualités de son équipe.

Charles Pasart

1 commentaire

  1. Illustration du profil de
    chtilensois

    Ce qui est certain c’est que l’on va faire un bon match mais en plus il faut le gagner
    le stade sera plein il ne reste plus qu’à……………..!

Les commentaires sont fermés.