Novembre, la confirmation ?

Octobre arrivait et Lens inquiétait. Malgré le changement de coach, l’équipe recevait une claque magistrale à Nantes, quelques jours après avoir concédé pareil défaite à la maison. L’inquiétude paraissait alors légitime et la honte infligée aux supporters avait assez duré. Dans le football, tout va très vite. Un mois après, le sourire est réapparu sur le visages des supporters artésiens. Niort puis Auxerre sont tombés devant le réveil lensois. Clermont a, lui, arraché un point à Bollaert, mais le jeu séduisant des Sang et Or permet d’envisager l’avenir avec une relative sérénité. Octobre a vu Lens se relancer, Novembre doit le voir confirmer. Sedan, Caen, Nimes, Laval, quatre rendez-vous à négocier.

Sedan-Lens, vendredi 2 novembre

« C’est un match piège ». En conférence d’avant match, Adama Diakité et Eric Sikora ne se sont pas laissés gagner par l’euphorie. Lanterne rouge avec neuf petites unités, deux victoires, une à l’extérieur et une à domicile, Sedan n’a pas digéré le départ de plusieurs de ses cadres, dont Jérôme Le Moigne et Pierrick Valdivia. Néanmoins, attention au retour des hommes de Laurent Guyot. S’ils se sont inclinés la semaine passée à Guingamp, les Sedannais avaient, au préalable, disposé d’Arles à Dugauguez 4-2. Un premier succès sur ses terre qui en appel d’autres pour le CSSA. Et des raisons d’espérer face au Racing sont nombreuses, à commencer par la faiblesse du onze lensois, sa défense. En effet, si Ramé a déjà ramassé 19 fois sa balle au fond des filets, les Sang et Or ne font pas mieux. Raison de plus pour que les artésiens ne partent pas la fleur au fusil et patientent suffisamment pour ramener un petit quelque chose des Ardennes. Trois points et le partage des points clermontois serait oublié. Un point ou une défaite et la nécessité de l’emporter contre Caen, dix jours après, se ferait ressentir.

Lens-Caen, lundi 12 novembre

L’équipe de Patrice Garande est branchée sur courant alternatif depuis fin juillet. Capable du meilleur (succès à Istres, Nimes, Laval, Arles ou contre Auxerre et Clermont) comme du pire (défaite face au Mans, Niort, Tours et Guingamp), Caen n’a pas vraiment trouvé son rythme de croisière. Quoi que son classement soit désirable pour un club comme le RCL (5e), son inconstance pourrait lui jouer des tours. Mais à l’extérieur, les coéquipiers Mathieu Duhamel sont quasiment intraitables. Première formation loin de ses bases avec 14 points et 4 victoires, Caen voudra confirmer sa bonne posture en terre artésienne pour pallier son léger déficit à la maison. Et pour contrer cette formation joueuse, Duhamel, Nabab ou l’ancien Sang et Or Cuvillier devront être serrés de près. Mais la défense du Racing, privée de Yahia suspendu, devra vitre trouver ses repères pour ne pas passer une sale soirée à Bollaert.

Nimes-Lens, vendredi 23 novembre

Bien mal partis dans ce championnat, les Crocodiles refont peu à peu surface. Qu’en sera-t-il d’ici la fin du mois de novembre ? Le calendrier n’apparaît pas des plus aisés. Après avoir reçu Arles, les joueurs de Victor Zvunka prendront la direction de Dijon. Deux rendez-vous qui conditionneront bien évidemment la réception des Sang et Or. Des Lensois libérés aux Costières ? Tout dépendra des résultats acquis à Sedan et contre Caen, mais également du match de Coupe de France. Un saut dans le temps difficile à effectuer tellement l’inconstance a été présent dans le début de saison des coéquipiers de Rudy Riou. Mais si le jeu continue à gagner en qualité et si la confiance est au rendez-vous, alors Nimes sera une proie à la portée du RC Lens. Bémol, le marquage ne devra pas être trop laxiste sur Vincent Gragnic, meilleur buteur nimois avec quatre réalisations, soit 40% des buts de son équipe.

Lens-Laval, vendredi 30 novembre

Dernier rendez-vous de novembre, la réception de Laval doit être une formalité pour le Racing d’aujourd’hui. 18e à l’heure actuelle, Laval ne l’a emporté qu’une seule fois à l’extérieur…à Sedan. Mais les grands rendez-vous peuvent booster une formation relativement jeune (19 joueurs ont moins de 26 ans). Preuve en est le point du nul obtenu contre Monaco (2e journée). Mais certains de leurs forces, les Sang et Or paraissent armés pour dompter les Mayennais dans son antre de Bollaert. Si contre-performance il y a, elle marquerait un coup d’arrêt et replongerait le Racing dans ses doutes. Espérons qu’ils aient tous plus ou moins disparus. Dans le cas inverse, l’Avant sera un long chemin de croix jusqu’à la trêve de fin d’année.

L’optimisme est de retour, mais ne tombons pas dans l’excès. Deux nuls à Sedan et Nimes pour deux victoires à la maison permettrait au Racing de se replacer dans la première partie de tableau et d’envisager le futur avec une plus grande sérénité. « Prenons au plus vite les points nécessaires pour se maintenir. » Que le discours de Sikora soit entendu.

Laurent Mazure

6 commentaires

  1. #48415 Illustration du profil de Buzios 28

    Yahia dans les tribunes contre Caen …ce sera difficile derrière. Faudra au moins marquer 2 ou 3 buts pour espérer quelque chose. Après …on verra. 8 points en 4 matches ça irait.

  2. #48375 Illustration du profil de bewale 32

    3 victoire un nul serait parfait!!!!!!!!!!!!!! pour le mois de novembre.je croise les doigts.allez lens!!!!!!!!!!!

  3. #48373 Illustration du profil de jordy 21

    Sedan on gagne Caen match nul Nimes on gagne et Laval on gagne 10 point en 4 match faisable pour ma part et pour le match de Caen soit nul ou on perd mais on ne gagnera pas contre eux même a bollaert

  4. #48371 Illustration du profil de JeffZeze 32

    J’ai peur qu’on s’enflamme trop vite :/ J’espère vraiment qu’on va y arriver, mais on a tellement été déçus ces dernières années, que j’ai toujours peur que tout s’écroule d’un coup !

  5. #48370 Illustration du profil de westeel 1994 58

    sedan et cean gagne a nimes perd et laval nul

  6. #48369 Illustration du profil de westeel 1994 58

    2 victoire un nul et une déféte

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close