Monterrubio « Lens est à jamais dans mon coeur »

Son départ avait été enterriné dès l’annonce de la descente du Racing Club de Lens en Ligue 2, et si les négociations ont durées plusieurs semaines, Olivier Monterrubio s’est engagé en faveur du club suisse du FC Sion pour deux années. Le joueur de 31 ans évoluera donc l’année prochaine dans la 1ère division suisse, et portera probablement ses dernières couleurs. Après deux ans passés à Lens, six ans passés à Rennes, et cinq ans à Nantes son club formateur, "Rubio" quitte un club qui lui est cher mais en gardera de précieux souvenirs. L’interview en intégralité donnée par le site officiel du rclens :

Olivier, tu quittes les Sang et Or pour Sion, le Racing club de Lens va t-il te manquer ?

Oui, bien sûr ! Je ne suis resté qu’un an et demi mais je me suis tout de suite bien intégré dans ce club et j’y ai rencontré des gens fabuleux, que ce soit des joueurs ou des personnes de la Gaillette. Lens est donc un passage important de ma carrière et restera gravé à tout jamais dans ma mémoire !

Au vu de tes performances de la saison dernière, aurais-tu pu signer ailleurs qu’à Sion ?

La seule proposition ferme et le seul fax qui est arrivé sur le bureau de mon agent sont ceux en provenance de Sion. Je n’ai reçu aucune offre d’un club français même si tout le monde parlait de Nantes, de Nice et de Lorient… C’est vrai que j’ai eu Christian Gourcuff, l’entraîneur de Lorient,  au téléphone qui me souhaitait. Mais il devait vendre trois-quatre joueurs avant de pouvoir me recruter. Cela fait trois semaines que je n’ai plus eu de nouvelles… Le FC Nantes, c’est pareil. Je n’étais pas dans leur plan de recrutement du départ. Je n’étais pas leur priorité. Ce sont même mes agents qui ont fait le tour des clubs et qui ont contacté Nantes, et non pas le contraire. A partir de là, je me suis engagé avec Sion. C’est un club qui me désire vraiment et tant mieux pour moi.

Quel est ton meilleur souvenir au Racing ?

Il y en a plusieurs. Tout d’abord quelques matchs à domicile. Contre Leverkusen, je marque mon premier but sous les couleurs lensoises. Il y a eu des moments extraordinaires la saison dernière tels que la qualification au Mans, mon but à Toulouse [ndlr. Reprise de volée]… Mais au-delà des matchs, c’est surtout une ambiance au sein du groupe qui était fabuleuse ! Les joueurs étaient formidables et, de toutes façons, je sais que, quand j’aurai un week-end de libre je viendrai le passer ici. L’Artois restera une région magnifique pour moi, avec des gens très chaleureux et très accueillants. Ca, je ne l’oublierai jamais !

Propos recueillis par Fabien Simon