Martel « deux mois à s’emmerder… »

Chaque année, c’est pareil. Après la trêve hivernale, les joueurs doivent se remettre dans le bain et le nombre de blessures augmente donc. La question se pose de supprimer la trêve hivernale et de ne pas s’arrêter de jouer, comme le font les anglais. Pour Gervais Martel, interrogé par l’Equipe, la décision est déjà toute prise :

«Le problème est qu’il n’y a pas de vérité ! Nous sommes le 4 février et, hier soir, en sortant de ma voiture devant chez moi, j’ai glissé sur une plaque de verglas et suis tombé (NDLR : rires). On peut très bien dire que l’on continue de jouer et avoir plus tôt ou plus tard l’hiver et les conditions que nous avons eues au mois de janvier. On peut en revanche jouer si on se met au niveau pour ce qui est des infrastructures. Ca se passe très bien en Angleterre, même s’il y a eu un ou deux matchs reportés cette saison, parce qu’ils ont des outils adaptés. Si on le fait, il faudra que les clubs soient disposés à faire cet investissement. Maintenant, il est également incroyable que l’on arrête les compétitions au mois de mai et que l’on passe deux mois à s’emmerder alors que tout le monde a envie d’aller au stade en t-shirt ! L’idéal serait d’arrêter en janvier et en février et de jouer en juin, juillet et août. Mais, je le répète, il n’y a pas de vérité, d’autant qu’il faut aussi voir les contraintes liées aux dates FIFA et UEFA, ainsi qu’aux compétitions internationales

rclensois 4