Un gardien aréolien

Un homme dans le match verra un journaliste de rclensois.fr livrer son analyse sur la prestation d’un joueur artésien. Face à Créteil, nous avons choisi Alphonse Aréola

Depuis le début de saison, il n’est que peut sollicité. Rien à faire contre Bastia ou Laval, il a quand même eu un peu de travail à effectuer face à Auxerre. Décisif derrière mais Lens avait fait le boulot devant. Contre Troyes, la musique n’était pas la même. Loin de dominer son adversaire, le Racing s’est d’abord illustré par un placement défensif hasardeux. Heureusement pour Alphonse Aréola, la maladresse troyenne devant les cages était du même acabit. Et comme à 1-0, le Racing s’évertuait à ne pas planter le second pion, tout pouvait encore se passer.

Un centre botté en corner

Une banderille auboise sera placée à dix minutes du coup de sifflet final. Repoussée difficilement par Alphonse Aréola, la frappe de Benjamin Nivet n’avait qu’un but : le chauffer. Le véritable test et la parade décisive que tout gardien doit réaliser, l’ancien parisien l’effectuait dans les ultimes secondes de la partie. Un centre mal ajusté mais qui se dirige en pleine lucarne. Un poil avancé, la détente « aréolienne » est spectaculaire. La claquette, nécessaire. Elle préserve la victoire. Que l’aventure continue.

Laurent Mazure

3 commentaires

  1. Illustration du profil de
    sentry

    Un homme dans le match verra un journaliste de rclensois.fr livrer son analyse sur la prestation d’un joueur artésien. Face à Créteil, nous avons choisi Alphonse Aréola => y a pas un souci ? une petite erreur ? ;)

  2. Illustration du profil de
    Coroniere

    « il a quand même eu un peu de travail à effectuer face à Auxerre. »

    Légèrement 10 arrêts à faire oui :p

  3. Illustration du profil de
    Breub

    C’est pour quoi faire l’imprim écran? :-)

Les commentaires sont fermés.