Kasraoui, de l’ombre à la lumière

L’histoire d’amour entre le RC Lens et Hamdi Kasraoui n’a pas toujours été idyllique… Arrivé lors de l’intersaison 2009 pour occuper une place de titulaire dans le club Artésien, le Tunisien a attendu longtemps le départ de Vedran Runje pour s’imposer comme numéro 1 dans les cages lensoises. Mais celui-ci n’est intervenu qu’il y a deux mois, à l’issue d’une saison où le Croate s’est mis à dos le public de Bollaërt après avoir été l’un des coupables de la relégation du club.

Deux saisons en enfer

Pour Kasraoui, ces deux saisons dernières ont été chaotiques. D’abord, le gardien pensait pouvoir jouer les matchs de coupe pour prouver à l’entraineur de l’époque, Jean-Guy Wallemme, ses qualités. Mais l’emblématique défenseur du club ne l’entendait pas de cette oreille. Lors de ses rares sorties, l’ex-star de l’Espérance de Tunis n’a pas vraiment rassuré tout son monde, le croate reprenait donc rapidement les devants. Venait alors la fin de la saison du retour de Lens en Ligue 1. Runje blessé, c’est Kasraoui qui était devenu titulaire dans les buts. Sa présence a coincidé avec une très bonne série pour les Sang et Or, au point que le relégable de décembre est devenu 11e en mai. Mais ce ne fut pas suffisant pour garantir à Kasraoui une place de titulaire qu’il convoitait ardemment. Lors du coup d’envoi de la saison 2010 2011, Runje reprenait une place de titulaire qu’il n’a jamais quitté jusque juin dernier. Les rares occasions du portier Tunisien ne se sont pas montrées fructueuses. Le gardien allant même jusqu’à rater les séances d’entrainement, comme un symbole d’une situation inconfortable qu’il a toujours décriée.

Un changement significatif de statut

Passer de l’ombre à la lumière en l’espace de deux mois à peine, c’est ce qui est arrivé à l’international tunisien. En réalité, les événements qui se sont succédés lui ont permis de monter en puissance dans la hiérarchie. Au mois de mai, alors que le staff lensois et les dirigeants échangeaient sur l’avenir du club, le départ d’Hamdi Kasraoui, qui ne s’est jamais imposé, paraissait inéluctable. C’est alors que le nom de Benoît Costil revenait avec insistance pour palier le départ de Vedran Runje, qui venait de résilier son contrat. Mais le Racing a d’abord dû essuyer le refus de l’ancien gardien de Sedan, qui a préféré s’engager avec Rennes, et ainsi de jouer en Ligue 1. Et Kasraoui n’étant pas fortement sollicité, l’hypothèse de le conserver en gardien numéro 1 a pris peu à peu de l’ampleur jusqu’à ce que Jean-Louis Garcia ne rende l’information officielle en conférence de presse il y a quelques semaines. Mieux encore, Kasraoui se voit attribué le brassard de capitaine lors du premier match amical contre l’UNFP. Un brassard qu’il ne lâchera pas jusqu’au premier match officiel des Sang et Or contre Clermont en Coupe de la Ligue. Et Garcia de le confirmer capitaine du Racing pour la saison…

Romain Bucquet 

1 commentaire

  1. Illustration du profil de
    anthony62145

    Je suis content pour lui enfin un entraîneur qui lui fait confiance .

Les commentaires sont fermés.