Une recrue et des interrogations

« Le mercato, c’est toujours une période où plus l’on se rapproche, plus il y a de l’effervescence et de la nervosité dans tous les clubs. ». Que Jean-Guy Wallemme se rassure, celui-ci a pris fin, mardi, aux douze coups de minuit. Avec comme objectif principal de dégraisser un maximum afin d’alléger la masse salariale, le RC Lens est sorti du mercato estival avec huit départs pour deux arrivées. Milovanovic, Guezoui et William Rémy ont été prêtés, alors que Romain Sartre et Fabien Laurenti ont été libérés par le club afin de signer gratuitement dans un autre. Au final, seuls deux joueurs ont quitté définitivement La Gaillette, il s’agit d’Aruna Dindane et d’Issam El Adoua. Le premier fut un grand feuilleton lors des derniers mercato, dont l’épilogue ne pourra que satisfaire les dirigeants lensois. Aruna a en effet pris ses valises pour rejoindre le club Qatari d’Al Shorta pour trois millions d’euros. Le second en revanche, restera une énigme. Recruté par Jean-Guy Wallemme à l’été 2008, Issam El Adoua n’aura pas réellement apporté sa pierre à l’édifice au RC Lens. Transparent en CFA lors de ses rares apparitions, décevant contre Montpellier en coupe de la Ligue lors de son unique apparition avec le groupe pro, El Adoua avait déjà été prêté à l’hiver dernier. Direction Nantes, ancienne gloire du football français, qui a aujourd’hui perdu de son calibre et de sa popularité. Dans l’antichambre de Ligue 1, El Adoua aura eu la confiance de l’ex lensois Jean-Marc Furlan… Jusqu’au départ de ce dernier. Relégué sur le banc, voire même en dehors du groupe, le marocain aura vécu une saison catastrophique. Lens souhaitait s’en séparer cet été, il y est parvenu dans les toutes dernières heures du mercato. Il s’est engagé au Koweït pour une somme éstimée à 300’000 euros. Quant à Kévin Monnet-Paquet, que certains qualifient déjà d’éternel espoir du RC Lens, il a quitté la cité minière à la plus grande surprise. Un prêt avec option d’achat à Lorient est confirmé, même si celle-ci s’opérera en cas de maintien des Bretons dans l’élite.

 Sertic, seule trouvaille d’un mercato calme

 
« On est plus sur des départs pour l’instant, et si on a le temps et la possibilité, de prendre un renfort… ». Il y a tout juste une semaine, l’entraineur lensois n’était pas en mesure de dévoiler à la presse l’ambition de cette fin de mercato. Avec les départs conjugués de Monnet-Paquet à Lorient, d’Issam El Adoua à Al-Quadsa et de Romain Sartre à Tours, Lens s’est activé à recruter au milieu de terrain, un poste qui était dépourvu de Samba Sow blessé. Depuis un an, Lens recherchait un joueur capable d’effectuer le liant entre défense et attaque. Des noms, il y en a encore eu cet été. De Damien Marcq à l’ex-manceau Hérold Goulon en passant par Mathieu Coutadeur, beaucoup ont été sondés. C’est finalement Grégory Sertic qui est préféré par les dirigeants lensois, qui le feront signer deux jours avant la clotûre des mutations estivales. Sertic, prêté sans option d’achat, n’avait disputé que sept rencontres de Ligue 1 avec Bordeaux. Avec un statut de grand espoir du football français, il est également l’espoir d’une bonne trouvaille à Lens, qui a fait de lui son  nouveau numéro 10. Le club de Gervais Martel attend d’ailleurs beaucoup du joueur de 21 ans : « Je suis vraiment content qu’il ait intégré l’équipe. Je pense que c’est un joueur avec un très gros potentiel » a déclaré Martel à son sujet. Face à Courtrai pour son premier match, Sertic a fait parler sa première qualité qu’est sa frappe de balle sur les coups de pieds arrêtés, lui qui est accrédité de la passe décisive pour Aurier sur l’unique but lensois. A lui de confirmer tout le bien que l’on attend de lui.

L’assise défensive en questions

Remise en cause après ses premières prestations (La défense lensoise a encaissé sept buts en quatre rencontre, soit la plus mauvaise performance en Ligue 1), l’arrière garde lensoise est passée au crible des interrogations chez les dirigeants lensois en fin de mercato. Dans ce domaine, deux départs ont été confirmés cet été (El Adoua et Sartre) alors que cinq joueurs professionnels le composent encore : Eric Chelle, Alaeddine Yahia, les jeunes Darnel Situ et Raphaël Varane (qui évoluait en jeune au poste d’arrière latéral gauche, replacé dans l’axe en CFA), mais aussi Alassane Touré, recruté à Toulouse l’an passé et qui n’a disputé que quelques matchs en L1. Alors en effet, en cas de blessure d’un des deux titulaires en place, la question de la défense centrale est présente. Situ et Varane n’ont pour l’heure aucun match de Ligue 1 à leur actif. « On aurait aimé un renfort à ce poste mais on est déjà content d’avoir réussi à finaliser le prêt de Grégory Sertic. Pour prendre un défenseur, il aurait fallu d’autres départs » s’est donc inquiété Wallemme. Face à Courtrai, et en l’absence de Yahia, c’est le décidément très polyvalent Yohan Démont qui a occupé ce poste. Bilan : Trois buts encaissés face à une équipe de première division belge, mais certainement pas la plus dangereuse d’entre-elle. Alors, il ne faudra pas que Situ déçoive. Il est le troisième défenseur central de l’équipe aux yeux de Wallemme et beaucoup d’espoirs semblent être placés en lui. En attendant de recruter un défenseur d’expérience, dans un an ?

 
Romain Bucquet