Sidi Keita, la résurrection

Sidi Keita revient de loin. Le Malien, recruté pour 6 millions d’euros selon diverses sources au RC Strasbourg en 2006 afin de renforcer un secteur composé de l’étincelant Seydou Keita et du serbe Nenad Kovacevic, auteur d’une grosse première saison en Artois, réapparait au premier plan. A l’époque, il jouit selon l’avis de nombre d’observateurs, d’une carrière très prometteuse. D’ailleurs, Gervais Martel aussi cru en ce jeune milieu défensif inépuisable du club Alsacien. Mais la carrière de Si.Keita va rapidement prendre une toute autre direction. Alors qu’il ne parvient pas à s’imposer au profit de la charnière Kovacevic-Se.Keita, il ronge son frein sur le banc des remplaçants, que ce soit sous la direction de Francis Gillot, Guy Roux, ou même Jean-Pierre Papin. Relancé par Jean-Guy Wallemme en Ligue 2, il n’arrive pas non plus à faire son trou. C’est d’ailleurs l’éternel espoir Adil Hermach qui lui est préféré.
 

Xerez, le prêt peu bénéfique


Alors, Sidi Keita commence à trouver le temps long et sait que son avenir n’est plus au RC Lens. A l’été 2009, les dirigeants lensois tentent de s’en séparer. Il est essayé à Xerez, promu en Liga espagnole. Blessé durant celui-ci, il y est tout de même prêté, le salaire restant à la charge du RCL. Auteur d’une saison moyenne, rythmée encore par ces problèmes d’aggressivité, il rentre à Lens dans l’obscurité la plus totale. Tout de suite, il est mis sur la liste des indésirables à Lens et Wallemme ne semble pas compter sur lui. De son côté, Sidi Keita a pris du poids, et ne fait pas les efforts nécessaires à l’entrainement. Alors qu’il fait partie des plus gros salaires du club (On parle d’un revenu mensuel de 120’000 euros), Keita est poussé vers la sortie. Mais les opportunitées de départs ne sont pas nombreuses, et l’offre du club Israëlien du Maccabi Tel Aviv apparaît donc comme une chance pour les différentes parties. Mais ce dernier ne lui aurait proposé que 85’000 euros par mois, une baisse de salaire considérable qu’il ne peut accepter. Il fait donc le choix de rester à Lens, à moins d’un an du terme de son contrat et au grand dam de Wallemme qui ne compte pas sur lui. Ce risque fou, il pourrait ne pas le regretter.
 

Le « come back » par la petite porte


Car chaque année, Jean-Guy Wallemme fait sa short-liste de bannis, ces joueurs qui ne sont ni en pros ni en CFA et qui peut à peu ressurgissent et apportent un vrai plus à l’équipe. Cette année, Sidi Keita en fait partie. Il profite d’abord de la montagne de blessures pour faire son apparition dans le groupe. De l’altercation Kovacevic-Démont aussi. Entré en cours de jeu contre Rennes, il provoque l’expulsion d’un rennais et réalise une performance encourageante, ce qui pousse Jean-Guy Wallemme à l’aligner contre Toulouse, où il réalise une bonne prestation. Ses derniers matchs étaient d’ailleurs dans la lignée des progrès connus à son retour, mais le troisième carton jaune consécutif pris à Lyon le prive de la réception d’Auxerre. Cependant, le match à Brest reporté, c’est finalement contre les Bretons qu’il est suspendu. Lens perd 4-1 et réalise un match inquiétant, loin de ses récentes performances.
 

Le joker idoine d’un Lens en difficultés


De retour dans le onze de départ de Wallemme samedi contre Auxerre, Sidi Keita a une nouvelle fois été l’un des joueurs lensois les plus en vue de la rencontre. Remplacé par Nenad Kovacevic alors que le Racing menait 1-0, il n’aura assisté que du banc à l’égalisation auxerroise. Très bon dans la récupération du ballon, adroit techniquement et presque parfait dans la relance, c’est presque un nouveau Sidi Keita qui évolue au RC Lens depuis le match contre Rennes. Presque, oui puisqu’il est toujours aussi virulent dans ses interventions, collectionnant les cartons jaunes. Heureusement encore, il n’a pas écopé du moindre carton rouge, un progrès pour ce spécialiste de la matière. Reste à savoir s’il pourra enfin s’imposer à Lens, un club où il détient l’image d’un des plus grands echecs de recrutement. Les énormes espoirs placés en lui n’avaient jusqu’alors jamais été confirmés. Et dans une période où Nenad Kovacevic n’est que l’ombre de lui même, que Samba Sow revient que peu à peu de blessure, Sidi Keita est probablement la solution. Celle qui parviendra à maintenir le club dans l’élite du football français ?


Romain Bucquet

 

 

 

3 commentaires

  1. #13965 Illustration du profil de anthony62145 349

    Faut absolument le prolongé en tout cas moi je suis pour et vous ?

  2. #13932 Illustration du profil de DEBETHUNE 55

    il « est en fin de contrat et cela joue aussi sur les performances, franchement bidon depuis qu’il est a lens, la se profile le renouvellement de contrat alors la motivation est plus grande et il a resseré les boulons pour assurer l’avenir , c’est la seule explication, quand il aura resigné on verra la suite…..

  3. #13923 Illustration du profil de loulou59 93

    bien résumé RUBIO et samedi contre AUXERRE quel match il fait et avant de sortir il perd un ballon bettement et il va au charbon pour récupéré se ballon a 25 mètres du but .avec une hargne qui faisait plaisir a voir mais voila WALLEMME la sorti et KOVA a été mauvais.

    Pour ceux présent a BOLLAERT avait vous vu comment RUNJE gueulé sur KOVA ?????? et il s’en est pris 3 fois a NENAD et on c’est pris un but car il est sorti de son match le VEDRAN

Les commentaires sont fermés.

New Report

Close