Martel « On travaille comme des malades »

Interrogé dans La Voix du Nord, le président lensois Gervais Martel évoque les difficultés rencontrées lors de la période des transferts :

«  Nous avons toujours la même analyse. On a trente joueurs, on ne va tout de même pas les empiler ! Mais la règle n’a pas changé : s’il y a des départs, on en prendra d’autres. C’est bien beau de dire : "on veut ça", au final, c’est le marché qui va décider. Il ne faut pas perdre patience. On travaille comme des malades, ça va finir par payer. restons calmes. La situation n’est pas plus stressante que le 17 mai 2008 quand on est descendus. De toute façon, on a un effectif en place. On peut toujours discuter de sa qualité mais il est là. Et ça va bouger.»

L’intégralité de l’interview

New Report

Close