Maoulida choqué par Leclercq

Si Gervais Martel travaille activement à monter un nouveau projet et trouver des solutions pour équilibrer les comptes de son club pour la saison prochaine, grâce notamment à l’arrivée de Sportfive, un spécialiste du marketing sportif (voir notre édition d’hier), d’autres règlent juste les comptes.

Premier visé, Toifilou Maoulida et ses déclarations spontanées au terme du dernier derby nordiste de la saison perdu à Lille (2-1)… « J’ai lu dans la presse que monsieur Leclercq me reprochait d’avoir eu des états d’âme après le derby, s’étonne l’attaquant lensois. C’était juste une réaction instinctive, sous le coup d’une énorme déception. Je ne visais personne en particulier. J’en appelais à une remise en cause générale. Maintenant si monsieur Leclercq l’a pris pour lui… ».

Blessé par cette attaque frontale, Toifilou Maoulida regrette aussi les raisons invoquées par son directeur technique. « Tout le monde a des problèmes personnels, poursuit-il. Ma mère est décédée il y a un an et mon père est aujourd’hui hospitalisé. Je n’en ai jamais fait référence, même dans les moments difficiles où j’ai été poussé sur le banc sans explication, alors que je marquais régulièrement. Je ne trouve pas cela très correct de mélanger la vie privée et le foot ». Déçu Toifilou Maoulida, tout comme le soir de ce sinistre Lens-Bordeaux où il inscrivit le but de la deuxième égalisation en pleurs !