Bollaert – Euro 2016 et travaux prévus

Home Forums Le Café des Sang et Or Bollaert – Euro 2016 et travaux prévus

Ce sujet a 627 réponses, 59 participants et a été mis à jour par Illustration du profil de  Malibu, il y a 3 ans et 1 mois.

13 sujets de 616 à 628 (sur un total de 628)
  • Auteur
    Messages
  • #198297
    Illustration du profil de
    pat.60
    Participant

    J’ai assisté au dernier match de Lens devant mon poste de télé et quand j’ai constaté qu’il y avait encore eu des incidents après l’ouverture du score , je me sens très inquiet pour l’euro 2016 , il n’y a pas eu vraiment de mouvement de foule extraordinaire de la part de nos supp et pourtant !!! Très inquiétant quand même !!!

    #198301
    Illustration du profil de
    Tina
    Participant

    Pat à l’Euro 2016 les supporters qui vont assiter au rencontre de poule et bien ils vont étre assis dans la tribune Marek c’est aussi simple que ça alors pas d’inquiétude parce que regarde en Trannin et Delacourt niveau 0 , les barriéres ne cédent pas du tout et franchement si tu fais bien attention çà se passe toujours au méme endroit alors elle est ou l’erreur !!! ….

    #198483
    Illustration du profil de
    Tina
    Participant

    Y’ai pas mal le stade des lumiéres à Lyon ….

    ae

    #198969
    Illustration du profil de
    WIS
    Participant

    Infos sur les défauts de toiture jour de pluie ….

    Région > Lens et ses environs
    RC Lens : quand il pleut et qu’il vente, le stade Bollaert est dans la tourmente
    Publié le 09/01/2016 – Mis à jour le 09/01/2016 à 21:14

    Avec ses quatre mats qui culminent à 70 mètres, illuminés la nuit et visibles à des kilomètres, le stade Bollaert-Delelis rénové est un plaisir pour l’œil. Mais aussi beau soit-il, l’écrin ne renferme pas que de bonnes surprises comme a pu le déplorer un très grand nombre de supporters trempés lorsque le vent vient balayer la pluie.
    Quand le vent se mêle à la pluie, les spectateurs des premiers rangs en tribune Lepagnot sont littéralement douchés.

    132

    L’inclinaison de la nouvelle toiture laisse en effet s’engouffrer sous elle les bourrasques et donc l’eau qu’elles dévient de son aplomb. Une sensation très désagréable pour les occupants de la tribune Lepagnot, notamment les VIP et autres partenaires, dont certains déboursent de 3 000 à 6 000 € à l’année pour occuper ces places « haut de gamme » et bénéficier des prestations qui vont avec. Un comble au terme d’une rénovation réalisée dans le cadre de l’Euro 2016 de football et destinée notamment à améliorer le confort du public. Le projet promettait de « mettre à l’abri 38 000 spectateurs »… Le compte n’y est pas.

    Qui paiera la facture ?

    Que faire ? Difficile voire impossible de toucher à la structure. Faut-il pour freiner les vents dominants obturer un angle dans un stade dont la caractéristique est d’être « à l’anglaise », à savoir avec ses côtés ouverts ? Deux solutions pourraient être envisagées, la première consistant à installer une casquette transparente au-dessus des travées concernées. Le plan B obligerait à faire monter tout le monde d’un étage. Autre point non négligeable : qui paiera la facture ?

    Réponses attendues cette semaine

    Des réponses sont attendues dans les prochains jours puisque deux réunions sont programmées mardi et jeudi. La livraison officielle du stade a eu lieu le 18 décembre, mais depuis les premiers constats, les changements survenus à la tête de la Région et les fêtes de fin d’année n’ont pas permis de faire avancer le dossier. Autour de la table, le RC Lens, maître d’ouvrage, la Région qui est mandataire et le cabinet d’architectes Cardete et Huet associé à Pierre Ferret.

    Pour mémoire, la rénovation aura coûté 70 M€ (hors taxes) financés conjointement par la Région (25 M€), l’agglomération Lens-Liévin (12 M€), le Département du Pas-de-Calais (10 M€), l’Etat (12 M€) et le RC Lens par le biais d’un emprunt auprès de la Région (11 M€).

    Source : http://www.lavoixdunord.fr/…/rc-lens-quand-il-pleut-et-qu-i…

    #198973
    Illustration du profil de
    pat.60
    Participant

    Aux supporters concernés :  » Mets tin K-Way  » lol..

    #199076
    Illustration du profil de
    benoit62
    Participant

    Bonsoir à tous ! Au vue des contestations sur le stade, et je sais de quoi je parles j’ai eu de nombreuse remontées à ce sujet , donc la voix du nord en a été informé d’ailleurs ! Cela est inacceptable pour un stade qui a coûté 83.6M€ TTC !

    Couleurs des sièges, pluie, sièges non adaptés en KOP , peintures oubliées sur des murs pignon et façades extérieurs, escaliers non peint en jaune en Lepagnot première et une partie en honneur niveau 4 ! Cette rénovation et quand même scandaleuse !

    Pour cela, j’en dénonce cette dernière du moins pour ce qui est le plus facilement changeable en ce mobilisant, en changeant les sièges et leur couleurs ! Si voue en êtes d’accord n’hésitez pas à partager ceux ci en masse , et signé !

    http://www.petitions24.net/pour_un_stade_bollaert_delelis_100_lensois

    Voici quelques modèles présentés :

    Au vue des récents avis, le second avec la lampe de mineurs aurait fait  » fureur  » …

    Bonne soirée à tous !

    #199423
    Illustration du profil de
    WIS
    Participant

    j arrive plus a poster ici bizarre non
    RC Lens : les 3 gros problèmes qui perdurent à Bollaert

    Si toutes les réserves ont été levées et que le stade Bollaert-Delelis a été livré le 26 janvier, il restait des détails à régler en début de mois dans le cadre des « garanties de parfait achèvement ». Damien Vanoise, le monsieur sécurité et travaux du stade du RC Lens, apporte son décryptage.

    1. La pluie sur les premiers rangs

    La problématique ? En cas de pluie abondante et “chassante”, les premiers rangs des quatre tribunes du stade Bollaert reçoivent de l’eau. S’il pleut sans vent, quelques rangs sont mouillés. Mais s’il pleut avec du vent, c’est jusqu’au dixième rang ! Si les spectateurs des tribunes Delacourt, Marek et Trannin ne s’en plaignent pas particulièrement, ça gronde en Lepagnot, chez les partenaires qui s’acquittent des places les plus chères. Le club va donc devoir changer son fusil d’épaule pour la répartition des VIP. Est-ce une erreur de conception ? « C’est plutôt une question d’interprétation, souligne Damien Vanoise. Les architectes avaient parlé de tribunes couvertes. Donc, dans l’esprit de chacun, pas une goutte de pluie ne devait arriver sur le premier rang. » Alors pourquoi les premiers rangs sont-ils mouillés en cas de fortes pluies ? « C’est un stade ouvert, poursuit le responsable des opérations au stade. Donc, il y a un phénomène de courants d’air. Les angles ne sont pas fermés. Il y a en permanence des mouvements d’air. Mais même au Stade de France, les premiers rangs sont à la pluie ! Je n’ai aucun problème pour expliquer ça. Tous les stades en France ont été conçus comme le nôtre. » D’ailleurs la maîtrise d’ouvrage est claire sur le sujet : “Dans un stade couvert, des rangs sont toujours touchés par la pluie. C’est le cas dans tous les stades de l’Euro”.

    La solution ? Le stade est conforme au cahier des charges. Une solution technique est donc difficile à envisager. De plus, pour gagner 4 ou 5 rangs au sec, “l’architecte explique qu’il faudrait prolonger de 21 mètres la couverture”, explique Damien Vanoise. Et si les modifications ne concernaient que la Lepagnot ? “Un statut particulier pour une tribune ?, intervient Didier Roudet, le directeur général du RCL. Je ne suis pas d’accord. Il n’y a pas de statut particulier juste pour la Lepagnot. Il y a d’autres tribunes où certes les places sont moins chères mais où les gens sont aussi mouillés. Donc, si on envisage quelque chose, on doit aussi bien l’envisager pour les VIP que pour les autres tribunes”. Damien Vanoise conclut sur d’éventuels travaux de structures : “C’est inenvisageable techniquement. Donc, c’est à nous de trouver la bonne solution !”. En clair, le club va devoir adapter son offre commerciale. “C’est notre boulot, acquiesce Damien Vanoise. A nous de proposer une place au même prix à l’abri ou alors d’accepter, comme on le faisait avant derrière l’écran de la Delacourt où la visibilité était moindre, de faire payer moins cher. De toute façon, on a un nombre de mètres carrés d’hospitalité très important. C’est la chance que nous avons. Cela va nous permettre de jongler et donc de minimiser cet impact pluie, là où des prestations sont vendues assez chères.” Le coût pour le club ? Le manque à gagner commercial est difficile à estimer.

    2. Les grilles qui cèdent en Marek

    La problématique ? Les grilles séparant la tribune Marek et la pelouse cèdent régulièrement sous le poids des supporters. “Les grilles ne sont pas faites pour avoir une telle agitation dans la tribune, précise Damien Vanoise. Elles ne sont pas conçues pour une action répétée et volontaire. Sur les premiers incidents, on a constaté que les grilles étaient usées par le mouvement. Les spectateurs sont debout et, sur les buts, ils exercent une forte poussée. Donc ça finit par casser.” Est-ce une erreur de conception ? La règle impose une résistance de 170 décanewton par mètre carré (il faut multiplier environ par 1.019 pour obtenir la conversion en kilogrammes). “Or, sur Bollaert-Delelis, nous sommes déjà à 250”, explique Damien Vanoise. Donc, là aussi, le cahier des charges a été respecté.

    La solution ? “On va monter à une résistance de 500 ou 700 decanewton au mètre carré”, détaille Damien Vanoise. Pourquoi ne pas avoir rapidement effectué les travaux ? “On a dû attendre les autorisations de la Ligue et de la sous-préfecture de Lens, justifie le monsieur sécurité de Bollaert. D’ailleurs à ce sujet, Mme De Giovanni, la sous-préfète, nous a bien aidés.” La résistance sera-t-elle cette fois suffisante ? “Ah là, si ça tombe, il faudra fermer la tribune.” C’est Damien Vanoise qui le dit ! Les travaux devraient être réalisés très rapidement, après l’accord final du comité des infrastructures de la Fédération.

    Le coût pour le club ? 15.000 €. Mais le coût payé sera assumé par l’équipe projet. “La Région a dégagé le budget dans ce qui restait en priorité pour régulariser, explique Didier Roudet. On a rogné sur la luminothérapie acheté en leasing confort rampes. On bougera les rampes plus souvent, ça nous a permis de minimiser l’achat. Et du coup, on a aussi déplacé du budget sur les barrières.”

    3. Les sièges de la Marek

    La problématique ? Les supporters ne veulent pas du tout être assis dans le kop. Ils ont donc manifesté sur certains matches où des sièges ont été cassés ou déboulonnés. Mais, par ailleurs, le stade a été rénové pour l’Euro et pas forcément pour le Racing Club de Lens. Or, la Marek, le long du terrain, est la deuxième tribune où se vendent les places les plus chères pour l’Euro, après la Lepagnot centrale. Ça signifie donc des sièges assis et cossus.

    Est-ce une erreur de conception ? Non. La législation française n’autorise pas les places totalement debout, même si Gervais Martel a rencontré dernièrement Patrick Kanner (Ministre de la ville et des sports) pour faire évoluer le législatif. “Mais ça prendra du temps, déplore Didier Roudet. Pour le moment, ils étudient juste la faisabilité de modification de la loi.”

    La solution ? “On étudie le changement de certains sièges”, annonce Damien Vanoise. Comme le système mis en place au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne ? “Non”, répond le patron de Bollaert. “L’emmarchement n’est pas du tout le même. Celui de Saint-Etienne permet d’avoir une assise directement sur le béton. Nous, nous sommes à une hauteur de marche classique, très basse en bas et beaucoup plus haute en haut. On s’oriente plus vers le système de VA ou de Schalke 04.” De quoi s’agit-il précisément ? “C’est un siège rabattable donc les supporters restent debout mais avec tout un système de garde-corps pour éviter des mouvements de foules qui ont occasionné des drames par le passé.” Quand les modifications seront-elles effectuées ? “Nous sommes bloqués jusqu’à l’Euro. Même pour un match amical pendant la trêve, on devait avoir l’autorisation de l’Euro. C’est vous dire…” Ce système a-t-il des inconvénients ? “Déjà, ce n’est pas top esthétique et il ne sera plus écrit RC Lens !” En plus, c’est cher et ça fait perdre des places ! Pour le moment, le club travaille sur trois blocs de la Marek et non sur les sept. De par la législation incendie, le fait de passer en places amovibles au lieu d’assises ferait alors perdre 120 places sur les 4.000 que compte la tribune Marek. Et si les sept blocs étaient concernés, ce serait 450 places perdues au final. De quoi donner un nouveau motif de contestation aux supporters… Pour le moment, le projet a été pré-accepté par la commission et validé par celle de la Fédération et même par les supporters lensois. Mais il faut encore vérifier si le béton de la tribune tiendrait le coup avec ce nouveau dispositif qui modifie les contraintes… Le coût pour le club ? 175.000€ hors pose et juste pour trois blocs sur les sept de la Marek.

    Notre correspondant à Lens, Benoît Dequevauviller

    Retrouvez l’intégralité de cet article dans le nouveau numéro de But! Lens en commande sur notre boutique.

    #199554
    Illustration du profil de
    Tina
    Participant

    ae
    ae

    ae
    ae

    #200110
    Illustration du profil de
    Tina
    Participant

    ae

    ae

    ae

    #203918
    Illustration du profil de
    wis
    Participant

    Stade Bollaert Delelis
    j aimerai si possible savoir si pour les défauts de toiture jour de pluie ont été résorbés ***
    si des travaux supplémentaire ont été réalisés et effectués ( sieges grilles toitures etc…) ***

    #203938
    Illustration du profil de
    Malibu
    Bloqué

    AVANT…………….

    APRES !!!!!!!!!!!

    #204826
    Illustration du profil de
    wis
    Participant

    Voix du Nord a écrit:
    Nouveaux sièges en Marek, un dossier apaisé mais pas enterré

    On se souvient la saison passée de la bataille des rangées que se sont livré le club et des supporters du kop de Bollaert fâchés avec les nouveaux types de sièges installés en Marek pour l’Euro. Si le retour au calme est manifeste, le dossier n’en demeure pas moins d’actualité. Aucun changement n’interviendra cependant avant l’été prochain.

    Depuis le rachat du club en juin, les relations entre le RC Lens et les groupes de supporters ultras se sont clairement apaisées. Gervais Martel tient un signe de ce climat de confiance retrouvé dans la gestion du dossier des sièges de la Marek que des fans estiment incompatibles, voire dangereux pour un kop festif et debout. « Aucune dégradation n’a été signalée depuis le début de saison au stade », souligne le président du Racing. « Ça s’est bien calmé », confirme Pierre Révillon des Red Tigers. Un an auparavant, chaque après-match à Bollaert donnait lieu à un inventaire des sièges cassés, plus ou moins volontairement selon les parties. Cette polémique avait ajouté du sel sur la plaie « sang et or » déjà vive après la relégation et le silence radio de l’actionnaire.

    Les « sièges de l’Euro 2016 » n’ont pas bougé de place et les supporters sont toujours là (debout), mais ils sont loin de s’en accommoder. « On sait que Gervais Martel est favorable. Il n’y a pas eu d’avancées concrètes mais on travaille de notre côté sur la problématique de manière plus large », reprend Pierre Révillon, également président de l’association nationale des supporters (lire par ailleurs). Alors qu’au printemps, une évolution semblait se décanter, le dossier a été relégué au second plan avec le rachat du club. « On avance », indiquait ce jeudi Gervais Martel, qui avait perdu la main sur la rénovation du stade quand le Racing naviguait à vue financièrement. « On regarde la faisabilité par rapport à la résistance du sol. Nous avons pris rendez-vous avec la Socotec (une entreprise spécialisée dans la prévention et gestion des risques, ndlr). Nous nous rapprocherons aussi prochainement des pouvoirs publics pour ensuite présenter à nos actionnaires les possibilités. » « C’est un objectif que je me suis donné, reprend le président lensois. On le mène en toute transparence avec les supporters et les pouvoirs publics. »

    Seule certitude, confirme-t-il : le projet, s’il se concrétise, n’aboutirait que pendant la trêve estivale pour ne pas priver Bollaert de sa Marek pendant plusieurs semaines. Ce serait alors une première étape avant d’attaquer un autre combat mené par des supporters cette fois depuis vingt ans. En 1992, la loi Bredin a imposé dans les stades que seules des places assises soient prévues en tribunes, ce qui a grandement limité la jauge de la Marek capable alors d’accueillir près de 10 000 personnes debout. Ils ne sont plus que 4 000 aujourd’hui. « On a de la demande pour cette tribune. Si on peut accueillir 500 ou 1 000 en plus, en accord avec les autorités, on le fera dans un second temps », glisse Gervais Martel.

    La tactique des supporters: travailler sur la technique

    L’Association nationale des supporters s’apprête à remettre à la Ligue de football professionnel (LFP) et aux pouvoirs publics un dossier béton pour promouvoir les tribunes debout, au nom de l’animation des stades et de la sécurité des fans. L’ambition en bout de chaîne est, encore et toujours, de faire évoluer la loi de 1992 qui limite le nombre de spectateurs au nombre de places assises dont dispose une tribune. « Je suis en train de traduire la réglementation allemande », raconte le président de l’association, Pierre Révillon, qui met la dernière main au dossier.

    Les stades d’outre-Rhin font en effet figure de modèles pour les inconditionnels français. Car si des enceintes de l’Hexagone (Saint-Etienne, Valenciennes…) ont installé des zones spécialement adaptées aux supporters qui vivent le match debout, cette démarche n’influe pas sur les jauges. « En Allemagne, ils peuvent adapter les tribunes aux réglementations, allemande ou UEFA pour les coupes d’Europe et les matchs internationaux. » À Dortmund, le Signal Iduna Park passe ainsi de 55 000 places à 82 778 avec les zones debout.

    Dans son document de travail, l’ANS mettra l’accent sur trois procédés techniques plus ou moins contraignants, comme le recours à des assises amovibles ou à des sièges rabattables fixés à des barrières anti-écrasement. La solution qui a les faveurs du supporter lensois quand on évoque ce qu’il faudrait dans le kop de la Marek se trouve à Hambourg. Les sièges rétractables sont directement intégrés aux marches.

    En attendant de livrer son rapport, l’ANS a d’ores et déjà demandé à la LFP de constituer un groupe de travail. « La Fédération anglaise vient de faire part de son intention de travailler avec le gouvernement britannique pour autoriser le retour des tribunes debout », illustre Pierre Révillon qui fonde beaucoup d’espoirs sur les changements qui s’opèrent actuellement à la tête de la Ligue.

    #204837
    Illustration du profil de
    Malibu
    Bloqué

    Et là……. Merveilleux, splendide !

13 sujets de 616 à 628 (sur un total de 628)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.