Bollaert – Euro 2016 et travaux prévus

Home Forums Le Café des Sang et Or Bollaert – Euro 2016 et travaux prévus

15 sujets de 571 à 585 (sur un total de 628)
  • Auteur
    Messages
  • #185741
    Illustration du profil de benoit62
    Participant

    Voila, bonne nuit à tous :)

    #186753
    Illustration du profil de pugu
    Participant

    Pour le député, la situation financière du RC Lens semble aujourd’hui bloquée. « Les avoirs de Mammadov sont gelés et, en tant que membre de la commission de défense à l’Assemblée, je connais les raisons de ce blocage. Une chose est sûre: l’argent n’arrivera pas ». Et Guy Delcourt de s’inquiéter d’un possible dépôt de bilan. « Il ne faut pas oublier ce que cela induit derrière », rappelle-t-il à lensois.com. « Car je rappelle qu’avec les travaux de Bollaert, la région se trouve avec 75 millions d’euros sur les bras. Et que fera la ville, à qui appartient ce stade, si tout s’écroule ? (…) Si ce stade n’est plus là, où qu’il s’agit d’un bateau ivre sans personne, plus rien ne tient. C’est pourquoi il faut éviter le dépôt de bilan du RC Lens. Ce serait un séisme politico-économique dont beaucoup ne mesurent pas l’ampleur. »

    CECI EST UN BOUT D’itw de delcourt

    #186826
    Illustration du profil de WIS
    Participant
    #187235
    Illustration du profil de WIS
    Participant


    L’architecte Pierre Ferret nous parle de Bollaert-Delelis
    Vendredi 19 septembre 2014
    45

    L’architecte du projet de rénovation du stade Bollaert-Delelis, Pierre Ferret, nous présente l’état des travaux, et dresse les grandes lignes de ce que sera la future enceinte des Sang et Or…
    Entretien
    Où en est actuellement ce chantier de rénovation ?

    L’essentiel des démolitions a été effectué : le retrait de la toiture, l’enlèvement des sièges, l’installation des engins de chantier sur la pelouse ainsi que les canalisations diverses. Il n’y a, à présent, que le squelette de béton des anciens gradins qui resteront mais seront réhabilités, restructurés, avec de nouveaux sièges augmentant le confort des spectateurs, et avec bien sûr une nouvelle toiture. Aujourd’hui, on peut dire que la démolition des éléments non conservés est réalisée.
    Vous aviez pour souci de conserver l’âme de ce stade, et de ne pas couvrir les virages…

    Notre souci d’architecte et – si j’ose dire – de supporters de football, c’est de respecter l’âme de l’un des lieux les plus mythiques du sport français. Il y a là une conception du stade, dite à l’anglaise, avec des spectateurs situés le plus près possible de la pelouse. On sait que, dans les angles, la situation n’est pas la meilleure. Après débat avec tous les acteurs de la construction, il a été convenu de garder cet esprit de stade « à l’anglaise », propre à Bollaert.

    Les piliers, encore au sol, chargés de soutenir la future toiture du stade
    Qu’en est-il de la future toiture ?

    En changeant la toiture, le but n’est pas de faire plus joli, d’être plus artistique. C’est avant tout que les gens se sentent mieux. Les tribunes seront entièrement couvertes, ce qui n’était pas le cas. Les spectateurs verront parfaitement la pelouse, ce qui n’était pas non plus le cas car il y avait des poteaux qui tenaient le toit. Les façades seront également refaites, dans l’esprit et en interface avec le Louvre-Lens, qui est à deux cents mètres d’ici, et est aussi l’un des lieux importants de la région Nord-Pas-de-Calais. Ceci formera un pôle culturel incontournable, le sport faisant aussi partie de la culture.
    Ce confort augmenté, c’est ce qui explique la diminution du nombre de places ?
    56
    Je préfère dire qu’il y aura 38 000 places nouvelles, confortables, à l’abri des intempéries, avec une visibilité à cent pour cent et au plus près de la pelouse. Il y a donc effectivement 38 000 places, ce qui reste une jauge importante pour un stade français moderne, si l’on excepte le Stade de France et le Vélodrome de Marseille, largement au-dessus évidemment.
    En termes de délai, vous êtes dans les temps. Y aurait-il une possibilité d’ouvrir le stade avant la fin du chantier, avec une capacité de 25 000 places ?

    Au niveau de l’organisation du chantier, il a aussi été débattu, avec tous les acteurs et notamment le club, le fait de savoir si l’on pouvait faire jouer les matchs pendant le chantier. Malheureusement, les délais par rapport à l’Euro 2016 ont fait qu’il n’était pas possible de garder l’occupation du stade, à la manière de ce que l’on fait actuellement à Toulouse. Mais on a gardé l’idée de pouvoir livrer le stade à une jauge réduite à 25 000 places de façon à diminuer au maximum la période de non utilisation.

    Bollaert-Delelis comme vous ne l’avez jamais vu
    L’aspect sera assez neutre à l’extérieur mais très coloré à l’intérieur ?

    L’idée est d’avoir une interface avec le Louvre-Lens qui a une architecture de grande qualité. Pour parler plus simplement, il y aura un mimétisme entre les façades. Je pense notamment à la couleur blanche des éléments qui, en plus, a une valeur assez symbolique par rapport au bassin minier. Le rouge et le jaune, le sang et l’or seront réservés au cœur de l’enceinte. Il y aura un système de signalétique qui, depuis Bollaert, permettra de signaler le Louvre-Lens, et réciproquement. Avec la suppression des grilles de ceinture, on a remis les contrôles d’accès au ras des façades, ce qui permettra d’avoir un parc autour de Bollaert et autour du Louvre-Lens, ce qui fera l’unité du lieu, tout comme avec la ville qui n’est qu’à cinq minutes à pied.

    #187241
    Illustration du profil de WIS
    Participant


    Lens: visite de chantier au stade Bollaert, qui doit rouvrir (partiellement) en juillet 2015
    Publié le 19/09/2014

    Quatre mats culmineront à 70 mètres de hauteur et supporteront par un système de hauban quatre gigantesques poutres d’une portée de 150 m, tandis que les façades de tribunes rénovées offriront un nouveau visage à un ensemble plus confortable. Livraison de la première tranche en juillet 2015.
    1 / 18

    TRAVAUX Cinq mois après le début du chantier de rénovation, le stade Bollaert-Delelis ressemble à un squelette qui n’aurait gardé que l’ossature. Plus de sièges depuis longtemps, plus de toitures non plus, une pelouse disparue sous une épaisse couche de gravats, des engins qui s’animent, des hommes qui s’activent… Bref, l’enceinte lensoise est juste reconnaissable aux travées de béton qui, elles, resteront mais feront également l’objet d’un lifting. Hier, les portes étaient pour la première fois ouvertes à la presse.

    L’idée était de garder l’âme des lieux. « Préserver l’esprit d’un stade à l’anglaise, à savoir avec des angles ouverts » comme le précise Pierre Ferret, architecte, qui partage la maîtrise d’œuvre avec le cabinet Huet. Dans la nouvelle configuration, toutes les places seront désormais couvertes, tandis que les poteaux de soutien des toitures qui seront installés aux angles n’obtureront plus la visibilité à certains endroits. Le projet se destine avant tout à offrir davantage de confort et de sécurité à l’ensemble des spectateurs, quel que soit leur emplacement. D’où des sièges et des allées plus larges, des accès à des parties annexes (restauration, toilettes…) plus pratiques, aménagements qui induisent une diminution de la capacité d’accueil. Celle-ci passera précisément de 41 233 places à 38 223, le nombre d’emplacements réservées aux handicapés évoluant de 70 à 250.

    Une diminution globale de la jauge qui a suscité des réactions du côté des supporters mais, au RC Lens, Xavier Thuillot, directeur général adjoint, précise que les guichets étaient déclarés fermés une fois le seuil des 39 500 spectateurs atteint : « Pour des problèmes de visibilité, il y a des places qu’on ne vendait pas. » La perte ne serait au final que d’un gros millier de places par rapport à ce que l’enceinte accueillait effectivement avant travaux.

    A ce jour, le chantier est dans les temps et serait même quelque peu en avance. Le Racing a insisté afin de pouvoir disposer de son stade dès le début de la saison prochaine. Pour cela, la livraison s’effectuera en deux temps. Au 31 juillet 2015, l’enceinte sera accessible à 25 000 personnes, le reste devant l’être fin décembre de la même année.
    Le chantier en quelques chiffres

    Couverture

    Le public sera protégé par une couverture en partie translucide de 20000m2.

    Charge

    Les quatre mats qui culmineront à 70mètres de hauteur supporteront une charpente de 3000 tonnes en acier.

    Tribunes

    La tribune où prendra place le Kop comptera 4100 places. Entre la Marek (en bas) et la Xerces (en haut), un plancher sera réalisé. Un parvis intérieur abrité et une mezzanine seront construits avec implantation de buvettes et rénovation des sanitaires existants. Les espaces grand public des tribunes Delacourt et Trannin seront améliorés, avec également la création d’une mezzanine en Trannin.

    Equipes

    En moyenne, une centaine de personnes travaillent sur le chantier, un pic à 350 est prévu dans les prochaines semaines. À noter que les mats géants sont assemblés et soudés sur place par une société spécialisée espagnole.

    Extension

    Sur l’ancien parvis de la tribune Lepagnot est actuellement construite une extension destinée à recevoir divers salons. L’ensemble se situera sur trois étages de 800m2 chacun.

    #189046
    Illustration du profil de rom1
    Bloqué
    #189049
    Illustration du profil de WIS
    Participant

    Région > Lens et ses environs
    Lens: Patrick Kanner, ministre des Sports, sur le chantier du stade Bollaert
    Publié le 28/11/2014
    45
    Où en sont les travaux de rénovation du stade Bollaert-Delelis ? Nous avons suivi ce vendredi matin une visite complète du chantier.
    89
    Avec d’infinies précautions, les grutiers ont procédé au levage des poutres sur lesquelles reposera la charpente du stade.

    Le ministre des Sports Patrick Kanner, ici en photo à côté de Gervais Martel, participe à la visite de chantier, ainsi que Daniel Percheron, président de Région.

    La dernière visite de chantier remonte au mois de septembre. Nous avions fait à cette occasion une galerie de photos du stade, déjà métamorphosé par les travaux.

    10 h 35, la visite commence. On pénètre dans le stade Bollaert, direction la tribune Trannin pour assister à la levée de la première poutre géante de la structure du stade.

    La structure reposera sur quatre poutres géantes, d’une portée de 150 m, culminant à 70 m de hauteur.

    L’architecte guide la visite et apporte des précisions intéressantes : « On ne garde que le squelette des tribunes. On rénove tout. Le contrôle accès des spectateurs se fera en bas des tribunes pour libérer de l’espace. »

    Les poteaux qui soutiendront la toiture sont arrivés par camions et ont été assemblés sur place.

    La politique du club en matière d’accès aux personnes handicapées : « On va aller au-delà des obligations légales : l’accessibilité sera totale. »

    Gervais Martel expose une idée à Patrick Kanner : pourquoi pas remettre à disposition dans l’enceinte un certain nombre de places debout ? Réponse du ministre des Sports : « L’idée est juste. J’en prends bonne note ».

    En attendant de voir la levée des poutres géantes, Patrick Kanner fait chanter à l’assistance Les Corons.

    Plus de 200 compagnons travaillent sur le chantier au plus fort de l’activité. Ils sont 130 aujourd’hui. Pour l’instant, les délais sont respectés.

    Une fenêtre de pose a été négociée avec RFF (Réseaux ferrés de France) pour procéder à la pose de la poutrelle la plus proche des voies SNCF, à l’angle des tribunes Lepagnot et Trannin.

    Au total, le stade sera couronné d’une toiture de 20 000 m2 , posée sur d’immenses poteaux. Le plus gros poteau pèse à lui seul cent tonnes.

    Jeudi, ce sont d’immenses cuves qui sont arrivées sur le chantier. Elles ont été fabriquées par une entreprise de Normandie, et serviront à récupérer l’eau de pluie sur toutes les toitures du stade. L’eau servira à alimenter les toilettes… et à arroser la pelouse. Ecolo !

    Les ouvriers soudent sur place les immenses poutres, juste avant de procéder à leur érection.

    11h20 : la première poutre n’a pas encore été levée. Mais c’est imminent. Les équipes passent beaucoup de temps à la positionner comme il faut. Un travail millimétré…

    En attendant l’opération, le ministre des Sports improvise une miniconférence de presse. L’occasion d’aborder avec lui divers sujets d’actualité, notamment l’Euro 2016. Quelles retombées en terme d’investissements publics, d’emploi, de travaux dans les stades, etc. « L’Etat va apporter 12 millions d’euros dans le chantier de Bollaert », précise Patrick Kanner.

    Au tour de Gervais Martel, président du Racing, de prendre la parole. « Aujourd’hui on est à la mi-temps. Le stade sera mis à disposition du Racing en août. »

    « L’Euro 2016 est une chance pour la France, c’est un levier populaire et économique », enchaîne Patrick Kanner. Le ministre des Sports annonce qu’il reviendra accompagné à Lens pour faire une annonce au sujet de l’ANRU, projet de rénovation urbaine. « Le Racing fait partie de l’ADN de la région, il est plus qu’un club de football. »

    Puis, le directeur général du CNDS (Centre national pour le développement du sport) présente la convention, qu’il signe aujourd’hui afin de donner 12 M d’euros pour le financement du chantier.

    La rénovation du stade Bollaert bénéficie des financements suivants : 12 M d’euros du CNDS, 25 millions de la Région, 10 millions du Département, 12 millions de la communauté d’agglomération Lens-Liévin.

    Le chantier occupe tous les discours. En revanche, pas un mot de Gervais Martel sur la situation actuelle du club.

    Midi : fin de la cérémonie.

    On profite de l’occasion pour demander à Patrick Kanner des précisions au sujet de sa prochaine visite à Lens, pour parler de l’ANRU. Le ministre des Sports confirme que ce sera l’occasion d’annoncer « de très bonnes nouvelles. Le bassin minier sera bien doté par l’Agence nationale de rénovation urbaine. » A quelle hauteur précisément ? Il ne peut le préciser avant la tenue du conseil d’administration de l’ANRU, prévu courant décembre. Mais les paroles optimistes du ministre laissent penser que le secteur pourra profiter de financements importants de l’ANRU, y compris dans le cadre de la rénovation des cités minières (normalement exclues des projets ANRU, au motif qu’il s’agit d’habitat horizontal et pas vertical).

    #189050
    Illustration du profil de pascal
    Participant

    Salut aurait une photos avec la pose de la structure du tout pose merci c est areola 62140 merci d avance

    #189061
    Illustration du profil de WIS
    Participant

    pour l instant c est pas encore fait Pascal lol

    #192538
    Illustration du profil de WIS
    Participant
    #192560
    Illustration du profil de WIS
    Participant


    Tout savoir sur le « Fédération française de football Tour » qui débarque à Arras le 31 mai

    46

    Dans un an, la France accueille l’Euro 2016 de football. Pour préparer le pays et montrer que l’équipe de France est soutenue par tout un peuple, la Fédération française de football a décidé d’organiser un FFF Tour dans vingt-deux villes en France. Pour la région, c’est à Arras que ça se passera le dimanche 31 mai.
    Voici à quoi pourrait ressembler le village de ce FFF Tour sur la Grand-Place d’Arras.
    C’est quoi le FFF Tour ?

    Ah, l’équipe de France de foot ! En 2010, on la détestait après le cauchemar de Knysna. Quatre ans plus tard, on l’adulait après son parcours au Brésil. Alors, quel sera notre état d’esprit dans un an au moment de l’Euro 2016 organisé dans l’Hexagone ? Eh bien, du côté de la Fédération française de football (FFF), on fait tout pour que les Français soient derrière les Bleus.

    Pour cela, elle organise un FFF Tour. Une sorte de tournée promotionnelle qui durera un an (du 16 mai 2015 au 4 juin 2016) et qui s’arrêtera dans vingt-deux villes en France. Une par région. Et pour le Nord – Pas-de-Calais, c’est Arras qui a été choisie. Fernand Duchaussoy, président de la Ligue régionale de foot ne souhaitait pas que ce FFF Tour fasse escale à Lens et Lille qui auront droit à des matches de l’Euro 2016. Arras, avec sa Grand-Place, était un écrin idéal pour un tel événement. La cité atrébate se retrouve au côté de villes prestigieuses comme Strasbourg, Montpellier, Toulouse, mais également Jœuf, ville natale d’un certain Michel Platini, patron du foot européen.

    Quel programme le 31 mai ?

    D’ordinaire ce FFF Tour se déroule le samedi. Mais le 30 mai, c’est la finale de la Coupe de France, compétition organisée par la FFF. C’est donc le dimanche 31 mai que la Grand-Place accueillera ce grand barnum. Sur 5 000 m2, de 10 à 20 heures, des animations rythmeront la journée. Au centre du village, deux terrains de foot à cinq seront installés. Des tournois y seront régulièrement organisés.

    Du football classique, mais également du bubble foot (dans une bulle), du tennis ballon et du cécifoot (non voyant). On pourra même faire du foot dans le noir à l’intérieur d’une boîte. Une zone d’animations pour les 8-12 ans permettra de mettre en place un parcours technique, dont le vainqueur aura le privilège d’accompagner un joueur de l’équipe de France lors de son entrée sur le terrain pour le dernier match de préparation avant l’Euro.

    Une réplique du vestiaire des Bleus sera créée. On pourra y écouter les morceaux préférés des joueurs, ainsi que la causerie du coach. Des pièces mythiques seront présentes comme le maillot de la Coupe du monde 98. Des petits cadeaux seront remis à chaque visiteur. Alors, allez les Bleus ?

    Quel parrain ?

    Chaque étape de ce FFF Tour aura droit à son parrain. L’idéal, c’est qu’il soit originaire de la région et qu’il ait porté le maillot de l’équipe de France de foot. Celui d’Arras n’a pas encore été choisi. On a pensé un temps à Jean-Pierre Papin, mais JPP ne sera pas disponible le 31 mai. Si vous avez des idées, n’hésitez pas à contacter la mairie !
    L’Euro à Lens se prépare
    45
    Le stade Bollaert-Delelis new-look accueillera quatre matches du prochain Euro de foot.

    Même si Arras accueille cette étape du FFF Tour, c’est quand même la ville de Lens qui va être à la fête durant cet Euro 2016. Le stade Bollaert-Delelis, en cours de rénovation, accueillera quatre matches : trois rencontres de poule (11, 16 et 21 juin) et un huitième de finale (25 juin). L’identité des équipes sera connue au moment du tirage au sort, le 12 décembre prochain. La billetterie sera elle mise en place dès le 10 juin.

    Pour accueillir tous les supporteurs, la ville de Lens va aménager une « fan zone » sur la place de l’Hôtel-de-ville. Cet espace de 6 500 m2 pourra accueillir jusqu’à 18 000 supporteurs qui pourront suivre les matches sur un grand écran, mais également participer à des animations ludiques. Par ailleurs, pour les quatre matches au stade Bollaert-Delelis, on aura besoin de volontaires. Cinq cent cinquante seront recrutés pour le site de Lens (6 500 sur l’ensemble des dix stades). La campagne de recrutement débutera sur Internet fin mai et s’étalera jusqu’en novembre. Il est impératif de savoir parler anglais.

    #192928
    Illustration du profil de Tina
    Participant

    ae

    ae

    #192941
    Illustration du profil de WIS
    Participant

    Livraison de Bollaert-Delelis fin décembre
    Publié: Mardi, 28 avril 2015, 14.34HEC
    L’optimisme des responsables du chantier de rénovation du stade Bollaert-Delelis de Lens et de mise pour les derniers mois de labeur.
    par Benoît Dequevauviller
    de Lens
    12

    De récents problèmes techniques n’ont en rien entamé l’optimisme des responsables du chantier de rénovation du stade Bollaert-Delelis de Lens. De son côté, la municipalité a procédé aux premiers aménagements du futur emplacement de la Fan Zone, sous les fenêtres de l’Hôtel de ville, et prépare les festivités pour lancer le décompte de la dernière année avant l’EURO 2016.
    Autres contenus

    Depuis quelques jours, les travaux de rénovation du stade Bollaert-Delelis se poursuivent sous un soleil printanier. Des quatre coins de l’ex-Bassin minier on peut désormais apercevoir les points culminants de la mythique enceinte lensoise. Les récents problèmes rencontrés par les équipes techniques, au niveau de l’assemblage d’une partie de la superstructure métallique appelée à supporter la toiture, en passeraient presque inaperçus ! « C’est vrai, nous avons rencontré un petit problème sur la tension d’un câble », détaille-t-on du côté des responsables du chantier. « Nous avons donc lancé des études complémentaires ». Cela remet-il en question la livraison, sans réserves, initialement prévue en décembre 2015 ? « Non », répond-t-on catégoriquement du côté de ces mêmes responsables.

    Si léger retard il y avait, il concernerait uniquement la remise des clés au RC Lens, le club résident du stade Bollaert-Delelis, en juillet prochain. De toute façon, il était déjà acquis que la réouverture de l’enceinte au public ne se ferait que partiellement cet été. En effet, les travaux d’aménagements des salons au niveau de l’extension de la tribune Lepagnot ne seront terminés que durant le mois de septembre. Du côté de la pelouse, là aussi, les choses avancent. Le conseil régional – maître d’œuvre de la rénovation – a d’ores et déjà garanti que la surface de jeu serait totalement conforme aux exigences du cahier des charges imposé par l’UEFA, pour accueillir les matches de l’EURO 2016.

    Enfin de son côté, la municipalité lensoise n’est pas en reste. La place Jean-Jaurès, située face à l’hôtel de ville, qui accueillera la « Fan Zone » durant toute la période de compétition a été en partie aménagée.

    L’équipe municipale a également bien avancé sur les festivités du « One year to go » qui marquera le lancement du décompte vers la phase finale du championnat d’Europe 2016. Des activités, programmées pour les 11/12 juin, auxquelles participeront les jeunes écoliers lensois, pile un an avant le premier match de l’EURO 2016 dans l’enceinte lensoise.

    http://fr.uefa.com/uefaeuro/finals/news/newsid=2240979.html

    #193083
    Illustration du profil de Tina
    Participant

    Merci Benoit , c pour çà que si vous regardez bien les photos et bien à chaque poteau qui sont sur les angles des tribunes qui maintient les Méga poutres , on voit que une des quilles est retirè …. en tout ça en fait 4 ….

    ae

    http://www.butfootballclub.fr/1614817-rc-lens-une-bonne-nouvelle-de-taille-pour-la-saison-prochaine/

    #193091
    Illustration du profil de WIS
    Participant

    copié sur le sit
    https://fr-fr.facebook.com/pages/Bollaert-Actu-Actualit%C3%A9-100-Sang-Or/463251803763062

    Bollaert avance ! A 3 mois et demi environ de la livraison partielle du stade, voici le point sur les travaux de l’antre Artésien !
    – L’extension Lepagnot voit les finitions de façade avancer en Est !
    – L’entrée VIP , c’est vu doter de porte vitrées.
    – Les pignons Ouest proche de la ligne de chemin de fer, ont vu leur renfort métallique fixé avant la pose du colis de charpente.
    – Côté Delacourt, la charpente avance, l’arrière de la tribune est assemblée !
    – Les bacs aciers ( tôle de couvertures ) sont stocké en arrière de tribune avant la pose.
    – Les façades sanitaires subissent leur sous-couche avant peinture défintive !
    – Les premières fixations de bardage ont été fixé en façade !
    – Le parvis Delacourt commence a se goudronner !
    En Marek les traverses de charpente commence à arriver en arrière de tribune.
    Les piliers de charpente Marek sont toujours maintenu de leur bracon !
    La trannin est a moitié couverte en couverture opaque ! Le translucide n’est pas encore posé, mais on voit la limite ente l’opacité et la translucidité !
    – Le colis de charpente côté sud ( voie ferrée a été posé ), ne manque plus qu’a boulonner les bouts protégeant le niveau 0.
    – Les abords de la Trannin avance, notamment côté nord !
    56

    58

    56

    89

15 sujets de 571 à 585 (sur un total de 628)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.