Anecdotes et souvenirs

Home Forums La buvette Anecdotes et souvenirs

15 sujets de 136 à 150 (sur un total de 268)
  • Auteur
    Messages
  • #95682
    Illustration du profil de chtilensois06
    Participant
    Rank: Rémy: « Partir ou rester sans regret »

    bravo WIS pour tes photos de l’ancien stade,il faut rajouter la sono des etablissements DUMORTIER,et la voix particuliere du speaker,ajoute de la musique de JAMES LAST avec ses trompettes et ses choeurs et tu auras l’ambiance de bollaert a mi-temps d’un matche début 1971 .Affluence 1500 a 3OOO spectateurs jusqu’a 7OOO pour les gros matches de deuxieme division!

    #95683
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    images qui feront plaisir a ceux qui ont habiter ou connu ces endroits souvenirs souvenirs

    inauguration du stade en 1930 je crois…




    #95700
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    j ai trouvé l historique de la construction du stade de Lens en 1933
    pour ceux qui aiment bien lire c est un peu long mais interessant…a lire ou pas …
    1933 : Inauguration du Stade des Mines de Lens

    Cette page est tirée dans sa grande majorité d’un article paru sur le site Internet du journal “L’Avenir de l’Artois” (http://www.lavenirdelartois.fr/) signé par le journaliste Jérôme JANICKI.
    Après de longs mois de travaux, l’inauguration du nouveau stade des Mines de Lens fut fixée au dimanche 21 mai 1933. Cette annonce tomba publiquement à la fin du mois d’avril 1933 et à la demande du député maire de l’époque, Alfred Maës, toutes les associations furent invitées à y participer activement.
    Le stade de la Société des Mines de Lens :
    Pour trouver le stade, les Lensois disaient qu’il était placé en bordure de la voie ferrée Lens – Béthune. On y accédait à l’époque par une route débouchant avenue de Liévin entre le pont de chemin de fer et la pépinière des Mines de Lens (à l’emplacement de l’actuel jardin public ?). Les plans du stade avaient été établis sur les données de monsieur Hanicotte, ingénieur en chef des travaux du jour de la Société des Mines. Il avait dans l’esprit de mettre au service de la jeunesse des installations qui lui permettent de pratiquer dans les meilleures conditions leurs exercices et leurs jeux favoris et d’offrir le cadre agréable d’un parc très verdoyant. Deux vastes stades permettaient de jouer au football et une piste de course à pied ceinturait la pelouse du terrain d’honneur. Aux extrémités des installations furent aménagées pour pratiquer les sauts et les lancers. Par ailleurs, les basketteurs disposaient aussi de terrains pour donner un coup d’envoi sérieux à leurs entraînements.
    Le stade n’avait rien à voir avec ce qu’il est aujourd’hui ni avant ce qu’il était avant sa réorganisation. Jusque-là, les matchs accueillaient quatre à cinq milles spectateurs, dans le nouveau stade, ce furent plus de dix mille spectateurs qui purent désormais trouver place dans les nouveaux gradins. Pour la réalisation de l’ensemble, avec le temps nous avons oublié que près de 80 000 mètres cubes de terre furent déplacés. Et comme le dit l’expression populaire “quand le bâtiment va tout va “, les travaux du stade Bollaert amenèrent une bouffée d’air dans cette période où le travail était rare. Ainsi, en cette période de crise, la main d’oeuvre qui travailla sur le chantier était issue de 180 mineurs des fosses 5 et 5bis d’Avion que la crise mondiale avaient réduit au chômage.
    Les travaux furent conduits par monsieur Spriet, ingénieur et chef du service des constructions et ce fut le chef des jardins et des plantations, monsieur Choquet qui puisa dans les serres constituées en 1919 pour agrémenter l’ensemble.
    Inauguration du stade :
    Le comité d’organisation de la fête fédérale établit, au début du mois de mai 1933, une liste importante des sociétés qui souhaitaient participer à cette journée. Elle comprenait : L’Espérance de Barlin, L’Avant-garde de Grenay, Les Carabiniers de Billy-Montigny, l’Honneur de Bruay, la Sainte-Barbe de Lens, les Francs Tireurs Artésiens, l’Honneur de Meurchin, La Française de Vendin Le Vieil, la Saint Maurice de Loos-en-Gohelle, L’Espérance d’Haisnes, L’Etoile des Mines d’Ostricourt, La Prévoyante d’Hulluch, L’Union Sportive de Drocourt Mines, Le Racing Club d’Arras, L’Étoile Brebieroise, le Grand Condé de Lens, la Saint-Amé de Liévin, la Jeune France de Mazingarbe, la renaissance d’Haillicourt et le club de boxe et de gymnastique de Calais.
    La venue des champions olympiques de l’École de Joinville fut aussi assurée pour le plus grand plaisir de tous. Ils devaient proposer huit tableaux : la mise en train athlétique, la démonstration des courses de haies, le grimper athlétique, le saut en hauteur, le lancer du disque, du javelot et du marteau, le saut à la perche, le saut du cheval et le ballet des moniteurs.
    À la veille de l’événement, d’autres sociétés se joignirent à la liste. Dans cette nouvelle liste, nous trouvons notamment Les Mineurs de Saint Vaast Le Haut (région de Valenciennes), la Saint Pierre de Lens ou le stade héninois d’Hénin-Liétard. Il n’est pas permis d’oublier les Sokols polonais de Bruay, Hersin, Marles, Barlin, Divion, Haillicourt, Beuvry, Noeux, Libercourt, Ostricourt, Carvin, Calonne-Liévin, fosse 11 de Lens, Mazingarbe n°2, Harnes, Auchy-les-Mines, Bully-les-Mines, Lens-Ville, Fosse n°3 de Lens, Montigny-en-Gohelle, N°7 de Mazingarbe, Billy-Montigny, Noyelles-sous-Lens, Loos-en-Gohelle, Houdain, Sallaumines et Béthune.
    La présence de la communauté polonaise fut un élément majeur dans la réussite de la journée. Devant une telle présence de volontaires polonais, à 14 h 45, lors de l’ouverture de la fête, retentirent dans le stade, les hymnes nationaux français et polonais.
    Le Stade des Mines de Lens le jour de son innauguration
    La fête :
    Des trains spéciaux avaient été programmés sur les lignes Lens – Arras, Lens- Béthune, Lens – Libercourt, Lens – Douai, Lens – Don-Sainghin. Le tortillard Lens – Frévent qui desservait Liévin, Bully, Angres-Givenchy, Souchez, Ablain-Souchez, Carency, Villers au Bois, Camblain L’Abbé, Aubigny-en-Artois, Izelles-les-Hameaux, Noyelle-Vion, Avesnes-le-Comte, Liencourt, Etrée-Wamin, Reubreviette, Rebreuve-sur-Canche et Frévent partit pour l’occasion de Frévent pour Lens à 7 heures et 13 h. Enfin, le Chemin de fer des Mines de Lens (La Bassée – Violaines à Lens) avait multiplié les départs avec des arrêts à La Bassée, Auchy-Haisnes, Douvrin, Wingles, Vendin Rivage, Pont-à-Vendin, Vendin, Lens Grand Condé, Lens Sainte Élisabeth et Lens Stade Bollaert.
    Dès 11 heures, les cliques et les fanfares participèrent à un beau concours musical au carrefour de l’Avenue du 4-Septembre, rue Bollaert. L’ensemble composé de 85 formations défila ensuite dans les rues du centre de Lens.
    Les spectateurs se massèrent en tout début d’après-midi aux portes du stade situées rue de Liévin. A 12 h 15, avait lieu le banquet officiel dans la salle des fêtes des Grands Bureaux de la Société des Mines de Lens. À la table officielle, se trouvaient toutes les personnalités de l’époque comme Louis Couhé, l’inspecteur à l’aviation, Félix Bollaert, puis les ingénieurs des Mines, les commandants des gendarmeries ou le consul de Pologne. À 13 h 30, les portes ouvrirent et tous s’installèrent dans les gradins. Le prix d’entrée avait été fixé à deux francs et l’entrée était gratuite pour les enfants de moins de treize ans.
    À 14 h 15, les festivités commençaient par un défilé de cinq mille gymnastes, présentation et remise du drapeau fédéral et dépôt d’une gerbe au monument aux morts de la ville de Lens. Puis le spectacle commença. D’abord se produisirent les “Marguerites “des Mines de Noeux, les moniteurs de l’École supérieure de l’école de Joinville. À l’issue, ce furent les élèves des écoles des filles et de garçons des Mines de Lens qui se présentèrent face au public. Toutes les démonstrations étaient accompagnées par l’harmonie des Mines de Lens et par la fanfare Saint-Amé. La seconde partie fut une fête de nuit qui commença à 21 h 30. Trois podiums avaient été aménagés pour la présentation de danses et de ballets. Malheureusement, la fête de nuit connut un succès moindre.
    Grâce aux nombreux dons qui lui ont été offerts, le comité d’organisation dota les différentes épreuves de superbes prix dont la valeur atteignait plus de 40 000 francs. Les cadeaux étaient exposés dans la vitrine du grand magasin de la place Jean-Jaurès.

    Le Stade Félix Bollaert :

    #95701
    Illustration du profil de LoLo
    Participant
    Rank:

    Super interressant Wis merci mais c’est quoi ça ???? le grimper athlétique ????est-ce que c’est la sorte de pyramide humaine qu’ils faisaient à l’époque ????

    WISNIEWSKI wrote:

    j ai trouvé l historique de la construction du stade de Lens en 1933
    pour ceux qui aiment bien lire c est un peu long mais interessant…a lire ou pas …
    1933 : Inauguration du Stade des Mines de Lens
    http://nsa28.casimages.com/img/2011/10/26/111026100947996890.jpg

    ……..
    La venue des champions olympiques de l’École de Joinville fut aussi assurée pour le plus grand plaisir de tous. Ils devaient proposer huit tableaux : la mise en train athlétique, la démonstration des courses de haies, le grimper athlétique, le saut en hauteur, le lancer du disque, du javelot et du marteau, le saut à la perche, le saut du cheval et le ballet des moniteurs.
    …….

    #95703
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    tres bonne question LOLO ..le grimpé athlétique d après moi mais je n en suis pas sur ca doit etre des gymnasts qui font un genre de pyramide en grimpant sur les épaules jusqu a une certaine hauteur .
    ce que je me souviens c est que quand j étais jeune 8 ans j allais assister avec mes parents a des démonstrations de gymnass en plein air stade ou autres .
    nous dans notre region on avait un groupe dénommé
    <<<<< LES SOKOLS <<<<< c était uniquement des gymnass de mineurs polonais ou d origine polonaise trés renommé par leur perfomance car il faisait des competitions (cheval d arcon anneaux poutres saut etc..) voila je pense que c est l explication .
    d autres que moi pourront avoir des explications je pense a bigjac chtilensois06 etc….a suivre…
    ci joint un exemple de groupe de sokols
    LES SOKOLS ONT 88 ANS !
    La société de gymnastique « Sokol » fête cette année son 88e anniversaire de fondation.

    Créée par des Polonais venus travailler dans les mines, elle est passée sous statuts français seulement en 1975. Durant de nombreuses années, la société a porté haut les couleurs carvinoises, même jusqu’en Pologne où elle a envoyé des athlètes à des jeux sportifs et des danseurs à des festivals folkloriques.

    #95705
    Illustration du profil de LoLo
    Participant
    Rank:

    ouais j’ai essayé sur Google mais j’ai pas trouvé « grimper athlétique » mais par contre grimpe athlétique qui est de l’escalade en montagne alors c’est pas ça ( à moins de grimper sur les corons :) )

    #95711
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !


    l image est petite mais c est un exemple de sokols faisant le grimpé athletique du moins je pense que c est ca…

    ca aussi ca fait partie des SOKOLS

    j espere qu il y aura d autres explications sur le grimpé athlétique…a suivre..

    #95720
    Illustration du profil de BigJac
    Participant
    Rank: Et si le Racing descendait en Ligue 2 ?

    Éh non WIS je ne sais pas ce qu’est « le porter athlétique », mais je ne crois pas que c’est une pyramide humaine , mais plutôt un porteur couché ou debout avec un gymnaste qui évolue par équilibre sur ce porteur.

    #95732
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    chtillensois06<<<<<<<<<<<<<<< S.O.S.<<<<<<<
    VIENT NOUS DONNER UN COUP DE MAIN POUR résoudre l énigme<< / le grimpé athlétique /<<<
    si tu connais la solution ….merci a l avance….
    S…O…S… pour ceux qui connaissent la solution merci…

    #96568
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    Arnold Sowinski est un ancien gardien du Racing, il a par exemple participé à la saison 1955/56 où Lens termina second de Division 1 derrière Nice. Mais on retiendra surtout du personnage son dévouement en tant qu’entraîneur. En effet, en 1969, il reprit l’équipe lensoise au bord de la faillite et réussit à remonter le club de CFA en D1 en passant par un titre de champion de D2 ainsi qu’une finale de Coupe de France en 1975 et une participation en coupe de l’Uefa. Malheureusement il partira sur une nouvelle saison de Lens en D2 en 1978. Il sera toutefois rappelé deux fois par la suite (en 1979 et en 1988 pour 18 matches) et deux fois de nouveau écarté mais restera toutefois au club
    Ses saisons avec Lens en tant que gardien :
    1952/53 D1 : ? matches 1959/60 D1 : 1 match
    1953/54 D1 : 1 match 1960/61 D1 : 19 matches
    1954/55 D1 : 0 match 1961/62 D1 : ? matches
    1955/56 D1 : 19 matches 1962/63 D1 : 31 matches
    1956/57 D1 : 8 matches 1963/64 D1 : 1 match
    1957/58 D1 : 22 matches 1964/65 D1 : 0 match
    1958/59 D1 : 24 matches 1965/66 D1 : 0 match

    #96582
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    ARNOLD SOWINSKI

    Une vie en sang et or
    Le jeune Arnold, gardien de but, fut recruté durant son service militaire par Louis Houdart. Il intégra l’effectif pro du RC Lens au cours de la saison 1951-1952. Ils étaient alors quatre gardiens ! Il est sorti du fond de la mine en 1947 et devint, du fait de son statut de footballeur, électricien. Il fut par ailleurs International militaire en 1951 et remporta la Coupe Drago à trois reprises. C’est le Lensois qui a connu le plus beau palmarès au club.

    Des anecdotes, l’Ami Arnold peut vous en raconter par centaines. Retenons néanmoins celle-ci. Début de saison 59-60, le 13 août exactement face à Nice, il se casse la jambe dans un contact avec un Niçois. Deux minutes plus tard, Ahmed Oudjani se cassera la clavicule. Les deux joueurs se retrouveront dans la même chambre d’hôpital !

    En tant qu’entraîneur, après avoir repris le Racing dans les rangs amateurs, il conduisit l’équipe en CFA National Nord, puis à la 2ème division, en obtenant la 3ème place et en menant Lens en demi-finale de la coupe de France contre Bastia. En 1972/73, Lens champion de la seconde Division remonte en Nationale.

    En cinq ans, Arnold Sowinski a réalisé l’exploit de ramener son club parmi l’élite.
    En 1974/75, Sowinski et ses joueurs atteignent la finale de la Coupe, contre Saint-Etienne et le droit de participer pour la première fois dans l’histoire du club a une Coupe Européenne.
    En 1976/77, Lens termine second du Championnat et cet excellent classement l’autorise à disputer la Coupe de l’UEFA.
    Enfin en 1980/81, une fois de plus il mène l’équipe en demi-finale de la Coupe de France.

    Palmarès en tant que joueur :



    • 1952/53 à la 6ème place ;
    • 1953/54 à la 7ème place ;
    • 1954/55 à la 3ème place ;
    • 1955/56 à la 2ème place ;
    • 1956/57 à la 2ème place.

    • 1/2 finaliste de Coupe de France : 1958-1959
    •3 fois Vainqueur de la Coupe Drago
    • Vainqueur de la Coupe de l’Amitié : 1962

    Il termine sa carrière de joueur en 1966 avec 9 saisons au plus haut niveau et 126 matchs disputés.
    Arborant sa médaille de Chevalier

    de l’Ordre National du Mérite
    Palmarès en tant qu’entraineur :
    • Adjoint + Equipes Amateurs de 1966 à 1969.
    • A succédé à Elie Fruchart en 1969.
    • Equipe professionnelle : 1969-1978, 1979-1981, 1982-1983, fin 1987-1988, début 1988-1989 (sous l’ère de Gervais Martel)
    •Championnat de D2, grp A en 1972-1973 (accession en D1)
    • Championnat de D1 : 2ème en 1976-1977
    • Finaliste (1975) et 1/2 finaliste (1972 et 1981) de Coupe de France
    Coupes d’Europe :
    • 1975-1976 Coupe des Vainqueurs de Coupes (Dublin, La Haye)
    • 1977-1978 : Coupe UEFA (Malmöe, Lazio de Rome, Magdebourg)
    Distinctions :
    • Médaille de bronze de l’Education Physique, Médailles d’Or et d’Argent de la Jeunesse et Sports,
    • Chevalier de l’Ordre National du Mérite en 2006 (l’année du centenaire du RC Lens).

    #97335
    Illustration du profil de tina
    Participant
    Rank: Loic Rémy : « Rester un an de plus à Lens »

    venait à bollaert et une chanson vous aient réserver,fier d’étre un CHTMIQ

    #97513
    Illustration du profil de chtilensois06
    Participant
    Rank: Rémy: « Partir ou rester sans regret »

    La lampe de mineur sur l’ancien maillot sang et or.Une fierté a respecter!

    #97632
    Illustration du profil de WISNIEWSKI
    Participant
    Rank: David Pollet signe pro !

    LES BLASONS DU RC LENS..

    1908.1914

    1919.1920

    1943.1944 Année de ma naissance…

    1955.1968 le blason du chtilensois06

    1979.1994

    1979.1994

    1994.1998

    2005.2007 LES CENT ANS DU RACING CLUB DE LENS..


    2007….A NOS JOURS…

    #97765
    Illustration du profil de lelensois4
    Participant
    Rank: Doumeng réactive l’axe Lens VA ?

    http://www.youtube.com/watch?v=3Hg0exiVrzU a voir, resumé vidéos de l’année 1997 98 de lens !!

15 sujets de 136 à 150 (sur un total de 268)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

New Report

Close