Re : L’actualité …. tous sports confondus

Home Forums Le reste de l’actualité L’actualité …. tous sports confondus Re : L’actualité …. tous sports confondus

#101100
Illustration du profil de WISNIEWSKI
Participant
Rank: David Pollet signe pro !

Ligue 2. Lemaire candidat à un premier contrat

Pour sa première en Ligue 2, Pierre-Etienne Lemaire ne s’est pas laissé impressionné. Il en est revenu avec un point sur le plan comptable… et trois points de suture au crâne.
© L’Union de Reims
.Pour sa première apparition en L2, le jeune défenseur (21 ans) a délivré une prestation encourageante à Sedan. Il lui tarde désormais de confirmer et d’atteindre son but en fin de saison : passer professionnel.
Un père entraîneur de rugby, une mère passionnée de basket, une grande soeur ex-professionnelle de la balle orange, Pierre-Etienne Lemaire a toujours été baigné dans le milieu du sport. Mais rapidement, son choix s’est porté sur le football. « Petit, j’ai regardé un match à la télévision entre le PSG et Lens et j’ai tout de suite accroché. Ce jour-là, Raï avait marqué d’une Madjer. Ça m’a fait rêver. » Direction le club local, au Ripault (Indre-et-Loire). Avant de rejoindre en benjamins, le FC Tours. Il y officiera comme attaquant de pointe. Puis, déménagement sur Angers. Quelques tests suffisent à convaincre les dirigeants du Sco. Le jeune Pierre-Etienne intègre l’équipe des 14 ans… comme défenseur.

Un défenseur polyvalent
Sa première saison confirme son potentiel, le RC Lens le convoque même pour un essai. Raté. Mais l’ado Lemaire a de la suite dans les idées : « Je savais alors déjà que je voulais devenir professionnel. » Au Sco, aux côtés de ses potes Rayan Frikèche et Maxime Rousseau, il poursuit sa formation. En 18 ans, il tape même dans l’oeil du sélectionneur national Francis Smerecki. Présélectionné en équipe de France, il effectue trois jours de stage à Clairefontaine. Sans suite. Cela ne le décourage pas, le Tourangeau sait qu’il est sur la bonne voie. En CFA2, il continue de s’épanouir. Sa polyvalence en défense (axial, latéral droit ou gauche) est un précieux atout. Sous l’ère Garcia, il intègre parfois le groupe pro à l’entraînement. Fin octobre 2010, il connaît néanmoins un sérieux coup d’arrêt, victime d’une lourde entorse de la cheville (rupture d’un ligament). « Cela a été un frein, j’ai été écarté des terrains pendant trois mois et demi. Et pas au bon moment car c’est là que tout se joue pour la saison suivante. J’ai raté ce tour-là mais une autre chance se présente à moi cette saison. »

La promotion de Stéphane Moulin a la tête de l’équipe fanion pourrait d’ailleurs s’apparenter à un heureux présage. « C’est sûr, c’est un avantage pour nous les jeunes car il nous connaît bien. Cela nous a ouvert des portes. Après, cela ne suffit pas non plus, il faut travailler. Coach Moulin me l’a d’ailleurs bien fait comprendre. Pour moi, c’est vraiment une année charnière. » Alors, « PEL » travaille d’arrache-pied, est convoqué une première fois dans le groupe en Coupe de France à Calais. Sans rentrer. Fin janvier, il est du déplacement à Reims et même promis à une place de titulaire si Hénin, en délicatesse avec son genou, devait déclarer forfait. L’ex Havrais finalement opérationnel, Lemaire prend place en tribunes comme 17e homme. « Je ne l’ai pas mal vécu. Je me suis dit qu’un jour mon tour viendrait, qu’il ne fallait pas être trop impatient sinon je risquais de me planter. »

Ce jour est donc arrivé vendredi, à Sedan. Le jeune défenseur a appris sa titularisation sur le flanc droit de la défense la veille. Il s’est alors enquis de conseils auprès de Deroff et Fall. Et ne s’est pas mis de pression. « Ce n’est pas dans ma nature. Mais je ne m’attendais toutefois pas à être aussi calme. Avant chaque match, j’ai une poussée d’adrénaline assez forte, c’est normal car je suis un compétiteur. Là, bizarrement, il n’y a pas eu plus d’appréhension que ça malgré le contexte délicat. Juste l’envie de me donner à fond. » Sa première titularisation encourageante, il a désormais hâte de confirmer. « Ce n’était qu’un match, il me faut encore prouver. » Dès vendredi face à Guingamp ?
Décès. Roberto Morinini, qui fut brièvement l’entraîneur du Sco (3 matches officiels à l’été 2004), est décédé d’un cancer. Il avait 60 ans.

Emmanuel ESSEUL.

Ouest-France .

New Report

Close