Re : L’actualité …. tous sports confondus

Home Forums Le reste de l’actualité L’actualité …. tous sports confondus Re : L’actualité …. tous sports confondus

#97793
Illustration du profil de WISNIEWSKI
Participant
Rank: David Pollet signe pro !

ITW
Zakaria Bergdich va connaître l’honneur rare de disputer les Jeux Olympiques. Qualifié avec le Maroc, il devrait en toute logique faire partie de la sélection qui se rendra à Londres l’été prochain. Il y a deux ans, il voyait à peine plus loin que le périphérique qui lui permettrait peut-être de sortir de la région parisienne où il a vu le jour. Après le CFA d’Alfortville, il a connu celui du RC Lens qui l’a mené au niveau professionnel. Et donc au statut d’international pour ce franco-marocain âgé de 22 ans qui nage actuellement dans le bonheur.


– Tout footballeur rêve de disputer une Coupe du monde. Quelle importance ont pour vous des Jeux Olympiques ?
« C’est une sorte de Coupe du Monde. De très grands joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. Messi par exemple était aux derniers Jeux à Pékin avec l’Argentine. » –
Comment le Maroc a-t-il accueilli cette qualification ?
« Tout le monde est bien sûr très content. Le pays est fier de nous. Cela faisait un an qu’on se bagarrait pour ça. Il y a eu une grosse fête.
Franchement, ce n’était pas évident. Tous les Africains qui sont ici à Lens pourraient vous le dire, c’est la bagarre. » – En deux ans, vous êtes passé du CFA d’Alfortville aux JO de Londres via la L2 à Lens. Tout est finalement allé très vite.
« Je n’ai pas eu le même parcours que tout le monde. J’ai galéré. J’ai fait un passage au centre de formation de Strasbourg puis j’ai joué à Créteil et Alfortville. Mais j’ai 22 ans et je n’ai finalement connu ma première sélection que l’an dernier. »
– Lille s’était semble-t-il intéressé à vous. Comment êtes-vous finalement arrivé à Lens ?
« J’ai effectivement été en contact avec Lille mais les propositions qui m’ont été faites ne me plaisaient pas. En fait, j’avais aussi des contacts avec le PSG. Comme je suis Parisien, cela aurait pu me permettre d’être proche de la famille. J’ai finalement opté assez vite pour Lens. Gervais Martel en personne est venu me voir à Paris. Ça fait sérieux. Monsieur Martel, ce n’est pas n’importe quel président… Et franchement, je ne regrette pas une seconde. »
– Pensez-vous qu’il y aurait eu pour vous Londres s’il n’y avait pas eu Lens ?
« Sincèrement, je suis persuadé que non. Dans un club comme Paris, je n’aurais certainement pas pu m’exprimer comme ici. » – Votre début de saison vous a-t-il satisfait ?
« J’ai eu un peu de mal au début. C’est aussi ma première année avec le groupe professionnel. À un moment donné, je n’étais pas très bien. J’ai douté un peu et une fois que cela s’est passé, je suis allé de mieux en mieux sur le terrain. Lorsque les choses positives s’enchaînent, tout va forcément mieux. Et comme il y a toujours eu de la bonne humeur dans le vestiaire, cela m’a aussi bien aidé. » – Vous êtes parti près de trois semaines en sélection, vous teniez-vous informé de l’évolution des choses à Lens ?
« Bien sûr ! J’appelais le coach. Lui voulait connaître mon temps de jeu avec le Maroc. Il est très proche des joueurs, très humain. Il sait nous parler, il m’a redonné confiance. J’appelais aussi souvent Samba (Sow). On m’a fait remarquer que depuis que je suis parti… Lens gagne. Ça, je l’ai entendu plus d’une fois. »
– Justement, vous êtes parti après une victoire en forme de soulagement face à Sedan. Comment avez-vous retrouvé le groupe à votre retour à la Gaillette
« Ils n’ont pas changé. Toujours la même bonne humeur dans le vestiaire. On est obligé de se sentir bien ici. C’est le club idéal, sincèrement.
Même si jouer à Bollaert m’a impressionné. Ce n’est pas comme si tu jouais n’importe où. » •
Les rédactions de La Voix du Nord la Voix du Nord

New Report

Close