Répondre à : Mouvements chez les Sang et Or saison 2018/2019

Home Forums Revue du vestiaire lensois Mouvements chez les Sang et Or saison 2018/2019 Répondre à : Mouvements chez les Sang et Or saison 2018/2019

#214753
Illustration du profil de fredolens
Membre
Rank: Lille – Lens : Le groupe lensois

Peut-on parler de réussite liée à votre début de saison en Championnat (sept victoires, deux nuls, une défaite) ?
Pour l’instant, c’est un bon début. Il y a un vrai effet de surprise. Une cohérence alors que le groupe a été chamboulé. On est quatre équipes à se tenir en haut du classement (Metz, Lens, Brest, Lorient). Ce ne seront pas forcément celles-là qui vont monter. Donc parler de réussite serait prématuré.

Comment expliquez-vous ces résultats diamétralement opposés à la saison dernière (sept premières défaites de suite en L2) ?
L’entraîneur a été nommé assez tôt et a pu travailler dès le début du mercato pour constituer son effectif début juin. Il y a eu une adhésion au projet du club et à son identité.

En quoi l’effectif 2017-18 n’était pas en adéquation avec cette identité ?
Il y avait douze à treize nationalités. Certains n’assumaient pas les obligations et les devoirs liés à l’appartenance au RC Lens. Cela a peut-être compliqué la mise en route de l’équipe. Il y avait aussi les difficultés financières qui n’ont pas permis d’effectuer ce travail-là.

Le climat est-il aujourd’hui plus serein en interne ?
Depuis septembre 2017, il y a eu pas mal de changements. Nous avons mis en place un nouvel organigramme avec des responsabilités claires. Et on veut positionner les bonnes personnes au bon endroit. Le but est l’efficacité opérationnelle. Mais on a encore beaucoup de travail à tous les niveaux. Il faut apporter de la modernité à un club qui n’a pas pu le faire compte tenu de ses difficultés financières. C’est, par exemple, la première fois cette saison que nous rénovons un terrain à la Gaillette (centre d’entraînement). L’objectif est de privilégier la rentabilité et la pérennité financière.

Quel sera votre budget 2018-19 ?
35 M€. En 2017, il était de 41 M€. Il y a un effort à respecter de 6 M€. On y travaille. Et encore, nous devons supporter l’augmentation de nos taxes foncières d’un million d’euros suite à la rénovation du stade Bollaert-Delelis (*)

À quels types de coupes budgétaires faut-il s’attendre ?
On regarde comment travailler de manière moins onéreuse avec les fournisseurs qui sont aussi des partenaires commerciaux. Il y aura des décisions pour assurer cet atterrissage. On devra aussi réduire la masse salariale si on n’y parvient pas (Lens compte l’équivalent de cent vingt salariés temps plein).

Vous vous êtes justement séparés de plusieurs salariés depuis un an…
Certains sont partis, dix-sept depuis juin 2017, d’autres pourront le faire également. Ces départs ne seront pas toujours compensés. C’est la vie normale d’un club. Il y a un nouveau projet et une adhésion nécessaire. Pour que le club soit viable sur le long terme, il y aura d’autres efforts à faire.

Le club vivait-il au-dessus de ses moyens ?
Ce n’est un secret pour personne. Et il est évident jusque devant la DNCG.

Voilà pourquoi votre actionnaire semble plus présent cette saison ?
Il a toujours été présent (il a injecté autour de 15 M€ depuis son arrivée pour combler le déficit d’exploitation). Il l’est plus du fait qu’il est devenu président du Conseil d’administration. Il est un peu plus proche des zones de décisions. Il prend les dossiers, les traite et partage son analyse. Avec quelques échanges de compétences avec les clubs de Padoue et de Bogota (dont Oughourlian est aussi actionnaire).

Vous conservez un discours assez prudent par rapport aux résultats…
La réussite se mesure quand vient le temps des bilans. Il y a des hommes mis en place dans une configuration différente. On a le sentiment qu’il y a un bon esprit de groupe. C’est même une surprise de voir une telle rapidité d’intégration. Les relations avec les supporteurs se sont aussi pacifiées. Il fallait comprendre leur attente (instauration de la tribune debout en Marek). Mais la priorité d’un dirigeant est de conserver la tête froide. »

(*) Le club paye par ailleurs un loyer annuel de 434 000 € à la ville ; il doit rembourser pendant encore deux ans 3 M€ sur son centre d’entraînement ; il restera 11 M€ d’emprunt à rembourser à la Région sur les travaux du Stade.

New Report

Close