Répondre à : Pronos CDM-2018-phase de Poules 1ère Journée

Home Forums Aide Pronos CDM-2018-phase de Poules 1ère Journée Répondre à : Pronos CDM-2018-phase de Poules 1ère Journée

#213948
Illustration du profil de
wis
Participant

Retrouvez les notes de nos envoyés spéciaux après la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde contre la Croatie (4-2).
Envoyés spéciaux à Moscou

Hugo Lloris (4): il effectue une parade en première période mais sa prestation d’ensemble est forcément gâchée par sa bourde incroyable en seconde période où il la joue trop facile sur Mandzukic (69e).

Benjamin Pavard (4): Il a vécu un cauchemar en début de rencontre avec beaucoup de déchets, de choix mal sentis et un marquage approximatif. Mieux par la suite mais pas flamboyant non plus.

Raphaël Varane (4): Fabuleux jusqu’à maintenant, il n’a pas rayonné en finale, avec des imprécisions étonnantes ou une fébrilité inhabituelle.

Samuel Umtiti (7): Un vrai roc. Solide dans les duels, appliqué et impressionnant physiquement, le gaucher a pris une autre dimension dans ce Mondial.

Lucas Hernandez (7): Comme Umtiti, il a été présent dans le combat, dans un match taillé pour lui. Au fil de la rencontre, il a apporté offensivement, tout en asphyxiant son adversaire direct. Très costaud et solide.

Kylian Mbappé (8): Un but somptueux, des fulgurances et une facilité déconcertante à dévorer les espaces et ses adversaires. Avec un peu plus de clairvoyance, il aurait pu faire un peu plus mal. Du grand Mbappé.

N’Golo Kanté (3): Un match cauchemardesque. Des pertes de balle à foison et une inhabituelle fébrilité comme en témoigne son carton jaune récolté en première période. Logiquement remplacé par Nzonzi en seconde période, qui a solidifié le socle bleu.

Paul Pogba (8): S’il a été moins rayonnant dans le jeu, que dire de son but du gauche qui libère son équipe en seconde période. Signe d’un garçon en confiance et décisif.

Blaise Matuidi (5,5): Comme à son habitude, il n’a pas géré ses efforts, même s’il lui aussi connu du déchet dans ses transmissions.

Antoine Griezmann (9): Très attendu, il a montré à quel point son rôle de patron lui collait à la peau. Buteur sur penalty et impliqué dans 3 des 4 buts de son équipe, il a aussi livré les efforts dans le repli et le don de soi. Comme Zidane en 98, il a marqué de son empreinte la finale. Mythique.

Olivier Giroud (5): 0 but en Coupe du monde mais titré comme les autres et c’est bien mérité. Peu en verve dans cette finale, il s’y est filé avec une débauche d’énergie de tous les instants.
Remplacé par Fekir en fin de rencontre avec le sentiment du devoir accompli.