Répondre à : Nouveau coach rclens .

Home Forums Le reste de l’actualité Nouveau coach rclens . Répondre à : Nouveau coach rclens .

#201667
Illustration du profil de Wiss
Participant
Rank: Papin : « On va se sauver »


A. Casanova : « Cela me paraît encore plus grand »
Vendredi 12 août 2016
69

Trois jours avant le déplacement des Sang et Or à Nîmes, dernière rencontre de la troisième journée de Domino’s Ligue 2, le coach lensois, Alain Casanova, a participé à la traditionnelle conférence de presse d’avant-match, ce vendredi, à La Gaillette…
Entretien
Toutes ces blessures, cela pose de gros problèmes derrière, on imagine ?

Quand cela touche un même secteur, c’est compliqué. Et quand il s’agit du secteur défensif, c’est encore plus compliqué. Sur le plan offensif, on a de nombreuses options, on peut toujours trouver une solution… Mais on a aujourd’hui la chance de pouvoir compter sur des jeunes en post-formation qui ont de la qualité, qui rentrent naturellement dans l’équipe, des joueurs qui, même s’ils n’ont pas eu de temps de jeu, ont eu toute la préparation pour se familiariser avec notre système de jeu, nos principes. Aujourd’hui, on va donc faire appel à cette ressource-là. On va trouver des solutions pour être très compétitifs, lundi.
On en sait plus sur la blessure de Dusan Cvetinovic ?

Oui, il a le ligament latéral du genou qui est touché. Il en a pour six semaines d’absence : quatre semaines d’arrêt et deux semaines de reprise.
Et pour Mohamed Fofana ?

Six semaines d’absences aussi.
Est-ce que vous récupérez, comme vous l’espériez, Bourigeaud, Chevalier et Olsen ?

Chevalier, oui. Bourigeaud aussi. Par contre, toujours pas concernant Patrick Olsen : il ressent encore une douleur au psoas. Il n’est donc pas totalement à cent pour cent pour être opérationnel.
Est-ce que cela va changer quelque chose concernant Loïck Landre ?

Non. Une décision a été prise, et elle sera maintenue jusqu’à la fin du mercato. Tant que son cas ne sera pas réglé d’une manière ou d’une autre, il n’est pas, pour moi, opérationnel pour rentrer dans l’équipe. Je le regrette, surtout dans la période qui est la nôtre. Comme je l’ai déjà dit, il y a des choses à respecter et, pour moi, l’entité est toujours au-dessus des cas personnels.
Comment expliquer sa volte-face après s’être déclaré cent pour cent lensois ?

On a affaire à des joueurs qui sont avant tout de jeunes personnes. Aujourd’hui, vous comme moi, on a un certain âge, une certaine expérience. Avec du recul, on peut se dire que, nous aussi, à cet âge-là, nous avons commis des erreurs. Aujourd’hui, il y a un entourage, des agents, des familles qui, parfois, ne sont pas non plus de bons conseils. Comme je lui ai dit, si j’étais ton père ou un de tes familiers, le bon sens me ferait dire qu’il vaut mieux que tu restes un an dans une bonne équipe, avec un projet très intéressant, ce que tu t’étais engagé à faire. Et, dans un an, tu seras en fin de contrat, et tu auras tout loisir de décider ce que tu veux faire, soit prolonger ici à Lens dans un grand club qui sera peut-être en première division, ou avoir l’opportunité d’aller dans un autre club de première division… Malheureusement, vous savez, l’appel d’un club qui peut être en première division ou à l’étranger… Mais, pour moi, le club qui le contacte n’arrive pas au niveau de Lens ! Comme je vous l’ai dit, je pense que l’on peut commettre des erreurs à cet âge-là. Un âge où l’on voit son projet personnel avant le projet collectif. Peut-être qu’un jour ou l’autre, il y aura un peu de lucidité de sa part, et qu’il s’apercevra qu’il est en train de commettre une erreur. Pour le moment, il reste encore trois semaines avant la fin du mercato. Et on doit faire face à ça.
Ces blessures d’assez longues durées vont-elles vous obliger à recruter dans ce secteur de jeu ?

Il y a trois absences au niveau des défenseurs centraux, une absence au poste de latéral puisque Zedadka est également absent depuis le match de Niort. On est donc obligé de repenser à tout ça. On étudie les possibilités qui peuvent se présenter. Mais on ne peut pas non plus occulter qu’il y a de la ressource dans le club : il y a des jeunes qui ont fait de bonnes choses, qui ont bien travaillé, avec des éducateurs qui leur ont permis d’acquérir un certain niveau. Et puis j’ai toujours eu une politique de formation. J’ai toujours laissé une porte ouverte vers les jeunes formés au club. Cela continuera à être le cas.
Mais est-ce que les jeunes pourront être à la hauteur de l’objectif du club ?

35

Aujourd’hui, il y a des jeunes qui sont rentrés. C’est le cas de Bellegarde, le cas de Chouiar, de Duverne. Et même si je vous le concède : pour bien réussir une saison en Ligue 2, c’est sûrement plus compliqué pour des jeunes de faire leur trou qu’en Ligue 1. Il y aura besoin d’une certaine expérience. Jusqu’à présent, j’ai vu des jeunes qui ont pris leurs responsabilités, qui ont très bien assumé le peu de pression qu’il pouvait y avoir sur leurs épaules. Je sais ce qu’un jeune peut apporter. Il peut apporter son insouciance, une forme de culot, son dynamisme mais, en même temps, il peut commettre certaines erreurs. Nous, on n’est pas là pour leur tomber dessus de suite, pour leur faire croire que l’erreur n’est pas permise. Ils savent que jamais ils ne joueront leur vie avec moi. On leur laissera le temps de bien s’épanouir. Maintenant, ce n’est pas une forme de pression que l’on a, c’est de l’exigence : l’exigence de gagner les matchs et de faire une grande saison qui nous permette d’atteindre nos objectifs.
Vous vous attendez à quel genre d’adversaire, ce lundi ?

C’est un adversaire qui a connu une saison dernière d’abord compliquée, avant un retournement de situation vraiment formidable, et qui – je le pense – est capable de surfer sur cette dynamique-là. Cette équipe a eu un premier match de championnat compliqué puisqu’elle s’est retrouvée rapidement à dix. Un deuxième, au Havre, où je pense que sur la physionomie du match, elle aurait mérité de revenir au moins avec un point. C’est une équipe qui pratique un beau football, avec un jeu assez vertical, qui démontre certaines vertus. Mais malgré tout le respect que j’ai pour nos adversaires, Nîmes ou un autre, j’ai d’abord envie de penser à ce que l’on est capables de faire.
Votre victoire en Coupe de la Ligue, peut-elle avoir des effets immédiats ?

On l’espère. Toutes les victoires sont bonnes sur le plan de la dynamique. Elle peut faire du bien sur le plan de la confiance mais cela reste une autre compétition. J’ai préféré gagner et me qualifier mais, maintenant, cette Coupe de la Ligue, on va la laisser de côté. Aujourd’hui, il n’y a qu’une chose qui m’intéresse : le prochain match de championnat.
Après plusieurs semaines passées au club, est-ce que cela vous paraît conforme à ce que vous imaginiez ?

Je savais que c’était un grand club… mais je ne pensais pas que cela l’était autant. Peut-être que vous qui êtes immergés dedans, vous ne vous en rendez plus compte. Moi, je viens d’un très bon club de Ligue 1 mais là, j’ai l’impression d’être dans un monde différent. Les gens qui étaient dans ce club précédent, travaillaient très très bien, et il y avait de très bons résultats mais j’ai l’impression, de par les structures, de par le public, de par beaucoup de choses, qu’il y a ici un club de très grande importance. Je m’attendais à trouver quelque chose de grand mais cela me paraît encore plus grand.
Pour vous, c’est naturel, d’annoncer tout de suite que l’objectif est la montée ?

587

Oui, c’est naturel. Je ne suis pas venu pour rester en Ligue 2. Après, on verra de quoi sera fait notre parcours. Mais si vous êtes à Paris ou à Lyon, vous n’allez pas dire que vous jouez le maintien. Je pense que des clubs comme Lens, Le Havre ou Reims actuellement, ne peuvent pas dire qu’ils sont là pour réaliser le meilleur résultat possible, et terminer dans la première partie de tableau. Ces clubs ont l’obligation et l’exigence d’être dans les deux ou trois premiers. C’est notre cas… .. Je veux que tout le monde colle à ce discours. Et le résultat dépendra des joueurs, du staff et de tout le club, aidé par le public, par le soutien qu’il peut y avoir. Ce public est formidable et il faut que l’on acquiert son soutien. Il a vu que son équipe était capable de faire des choses intéressantes. Ces moments-là, on les doit d’abord à eux. Et la qualification contre Ajaccio, je veux la leur dédier.

New Report

Close