Papin « Un coup de couteau prémédité »

Quelques semaines après son licenciement du RC Lens, Jean-Pierre Papin n’a pas encore digéré et adresse des mots durs aux dirigeants lensois.

«Je suis content d’être sorti des griffes de gens qui croient tout connaître au football. Bien sûr, je garde un peu d’amertume. Je crois que j’en aurai toujours, parce que ce qui s’est passé est injuste. À Lens, je n’ai jamais vraiment eu les clefs du camion, et c’est pourtant sur moi qu’est retombée la responsabilité de la descente du club.

Je regrette d’avoir fait confiance à des gens qui avaient plus d’expérience que moi. Je n’aurais jamais dû accepter cet « adjoint » (Ndlr : Daniel Leclercq). Moi, je pensais que ce serait une expérience enrichissante. Je n’ai pas senti que j’allais prendre un coup de couteau dans le dos. Leur coup était prémédité. Aujourd’hui, je m’en mords les doigts», a-t-il lancé dans les colonnes de Sud Ouest.